L’écologie politique : pour une science engagée (25/02/2019)

Notre monde a basculé dans un avenir écologique incertain. Responsabilité humaine dans le réchauffement climatique, perte brutale de biodiversité, contamination des milieux, finitude des ressources… Ce bouleversement global pose une critique radicale des rapports contemporains à l’environnement.
Dans ce contexte, tandis que la consommation de la planète ne cesse de s’accroître, de plus en plus de chercheurs et chercheuses s’interrogent sur leur responsabilité sociale et politique. Comment faire face à une telle situation ? Comment peser et mettre les savoirs au service d’un changement de cap ? Comment s’articuler aux actions citoyennes sans prétendre les piloter (contre les propositions surplombantes de gouvernance techno-scientifique de l’Anthropocène) ?
C’est ce que vise l’écologie politique : une action scientifiquement fondée et une science articulée à l’action, pour contribuer à limiter le basculement écologique. Les sciences sociales y sont décisives, en éclairant les aspects culturels, sociaux ou économiques de cette impasse, les trajectoires socio-historiques qui nous y ont conduits, les verrous qui nous y maintiennent. Dans le cadre des interventions “Penser le présent” organisées par le département d’Histoire de l’Université Toulouse Jean Jaurès, un géographe et deux historien.ne.s invitent à en discuter : Laure Teulières, Steve Hagimont et Frédéric Durand.
Rendez vous au CROG (Centre de Ressources Olympe de Gouges, Université Jean Jaurès) le 21 février 2019 de 12h45 à 13h45.
 

Vous aimerez aussi...