Lettre à Thomas Pesquet sur le tourisme spatial et la conquête martienne

Cette tribune signée par des membres de l’Atécopol est parue le 26 juin 2019 dans Libération :

Il n’y a aucune urgence à quitter la Terre, mais nous devons vite trouver comment y rester dans des conditions de vie décentes pour tous. L’astronaute doit publiquement se prononcer contre les dérives de la conquête spatiale (en particulier la promotion du tourisme spatial), car, comme il l’a déclaré, il n’y a pas de «plan B» face à l’urgence climatique.

Lien vers l’article sur le site de Libé (version courte)

Fichier PDF de la version longue de l’article

Suite à la parution de cet article, un face à face sur la RTBF entre Emmanuel Jehin, astrophysicien à l’université de Liège, et Frédéric Boone, membre de l’Atécopol et astrophysicien à l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (Université Toulouse III, Paul Sabatier).

 

 


Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. jmhupe dit :

    Pour tout commentaire, vous pouvez nous écrire à atecopol@univ-tlse2.fr. Nous tâcherons de vous répondre dans la mesure du possible.
    (cet espace de commentaires est désormais clos).

  2. Jean-marc Salotti dit :

    En tant que scientifique, j’ai deux critiques fondamentales :
    D’abord, je ne peux que déplorer la méconnaissance du sujet de la part des signataires de ce texte. Je fais allusion en particulier à la conquête spatiale et aux projets d’établissement de bases permanentes sur Mars. En effet, si on s’intéresse un peu au sujet, on découvre que les problématiques d’écologie et de développement durable sont au coeur de ces projets. Sur Mars, pas d’énergie fossile, on doit tout faire avec du renouvelable. Il y a beaucoup de glace, mais pas de rivière, on doit donc recycler l’eau avec de forts rendements. On doit également maintenir la qualité de l’air dans la base, car bien entendu on ne peut ouvrir la fenêtre pour aérer, ce qui implique de faire très attention aux matériaux utilisés pour limiter les COV par exemple. Enfin, quelle que soit la production locale à partir des plantes ou d’une industrie élémentaire, il faudra faire robuste et durable, faciliter la maintenance et le recyclage, et le tout avec zéro emballage plastique. On pourrait dire ainsi, développement durable et conquête martienne, même combat !
    Et ce ne sont pas que des mots. Vers 2006, j’ai encadré un projet appelé “Cité Martienne” qui a mobilisé une douzaine d’élèves ingénieurs et d’IUT de Bordeaux. Les thèmes cités plus haut, ils ont travaillé dessus. Et donc, le seul fait de se pencher sur les problématiques d’une hypothétique cité martienne du futur incite à réfléchir sur le développement durable et sur les solutions envisageables, qui sont bien entendu transposables sur Terre. Par ailleurs, je suis personnellement impliqué dans de nombreuses activités écologiques, notamment pour la réduction de la consommation électrique de notre bâtiment recherche. Bref, vous comprendrez que je sois particulièrement navré que des collègues écologistes ne perçoivent pas qu’il s’attaquent à une autre communauté d’écologistes ….
    Mais ce n’est pas tout, notamment pour ce qui concerne la conquête martienne. En effet, si on se projette sur le long terme, un scientifique doit percevoir les développements possibles. Or, comment ne pas être amené à penser que si la colonisation de Mars devient effective, ce ne serait qu’un début, et même le début du début de la conquête spatiale, avec l’établissement de civilisations entières sur d’autres astres et que ce sont des pans entiers de la science et de la technologie qui pourront se développer dans les milliers d’années qui suivront, en astrophysique, mais aussi en biologie planétaire par exemple. Tout cela est décrit dans des livres scientifiques et techniques, et j’invite les chercheurs à les lire, puis à reconsidérer leur position. A mon sens, un scientifique bien informé ne peut pas être contre la conquête martienne.
    Concernant le tourisme spatial, c’est un autre problème. Toutefois, je trouve extrêmement dommage et dangereux de critiquer une activité qui n’est pas responsable du changement climatique (elle n’a pas commencé !) et qui est potentiellement source de progrès dans le domaine spatial. Dangereux, oui, et je pèse mes mots, parce que demain, certains vont demander qu’on limite le tourisme, puis qu’on interdise les moteurs thermiques, etc etc., ce qui va conduire les communautés les unes contre les autres, ce sera des gouttes d’eau pour l’écologie (donc rien ne sera résolu) et puis cela finira par la guerre civile, voire pire. L’écologie ne doit pas être punitive, les gilets jaunes l’ont bien fait comprendre pourtant.
    Et il y a tant de choses à faire avant de s’en prendre au tourisme spatial !

  3. jmhupe dit :

    Pour prolonger la réflexion : https://usbeketrica.com/article/tourisme-spatial-s-envoyer-betement-en-l-air-n-est-pas-ethique
    une interview que nous venons de découvrir du directeur des publics de la Cité de l’espace à Toulouse.

  4. Je pense que cette lettre à Thomas Pesquet passe de fait un peu à côté de la plaque. TP n’est pas un “touriste spatial” mais un astronaute de l’ESA et il y a, dans votre approche, une certaine confusion entre la grandiloquence des annonces des milliardaires (Musk, Bezos et al.) et la réalité bie plus prosaïque des vols spatiaux (habités ou non). Pour donner une idée, nous parlons entre astrophysiciens/planétologues de l’espoir de ramener peut être 1 kg de roches martiennes en …2038 (et encore c’est un but assez difficile). Alors, y aller en équipage et ramener les astronautes vivants, touristes ou non…c’est inenvisageable pour longtemps. Dommage que votre tribune ne puisse pas prendre un peu de recul par rapport à des faits connus de tous les scientifiques un peu sérieux qui travaillent dans ces thématiques. D’un autre côté il est vrai que l’enthousiasme de Pesquet pour “regarder” la Terre depuis l’orbite de l’ISS a quelque chose de puéril et que le CNES et l’ESA devraient tout de même changer un peu leur mode de communisation infantile.
    Au-delà, je pense que vous avez vraiment tort. L’exploration spatiale et les sciences annexes qui l’accompagnent sont de véritables moteurs de connaissances et d’innovations avec des retombées multiples dans des domaines, retombées complètement imprévisibles comme on le sait depuis longtemps dans le champ scientifique (que vous avez l’air de sacrément ignorer, ce qui n’est pas un bon point pour cette tribune). Toute découverte fondamentale est largement entachée de “sérendipité” donc de hasard. Certes un hasard déterministe et fertile, mais il est complètement impossible de prévoir à l’avance ce qu’il va sortir de telle ou telle découverte, en matière d’innovations technologiques ou même d’ailleurs en matière de concepts scientifiques innovants. La mécanique quantique ne sert à rien? ben non… toutes les communisations sont basées dessus. Observer les étoiles ne sert à rien? rappelons nous tout de même que l’interférométrie des années 50 (la reconstruction de phase et la synthèse d’ouverture) a donné naissance à l’imagerie médicale moderne (scanner et IRM). Il me semble assez incroyable de penser que des “chercheurs” scientifiques ne soient pas au courant de ce genre d’exemples ni que personne ne semble avoir beaucoup lu d’ouvrages d’épistémologie de base.
    Bon, cela dit, je partage tout de même en partie cette analyse: j’aimerais bien que nos milliardaires “favoris” si acclamés dans les médias nous parlent de Terraforming non pas pour la planète Mars mais bien pour notre bonne vieille Terre! Il me semble qu’il y a là un angle d’attaque un peu plus judicieux.

  5. Réponse à Messieurs les chercheurs de l’Atelier d’écologie politique de Toulouse.
    La multiplication des vols commerciaux vers l’ISS permettrait de faire baisser le coût unitaire des lancements de nos vaisseaux spatiaux vers la planète Mars. Il n’y a donc aucune raison pour que les partisans de l’exploration spatiale par vols habités dénoncent la décision de la NASA d’exploiter commercialement la Station spatiale. Vous pouvez vous insurger, considérer que nous sommes d’horribles pollueurs, je m’en moque et je ne suis pas le seul ; la faible considération que vous nous portez est réciproquement partagée.
    Il n’est pas question d’abandonner toute activité dans l’espace, scientifique ou non, pour céder à l’hystérie environnementaliste dont vous êtes porteurs. Il n’est jamais arrivé dans l’histoire de l’humanité qu’elle consacre tous ses efforts à une seule cause et il y a d’autres domaines où les Terriens pourraient se montrer plus précautionneux de l’usage de leurs ressources (par exemple ce qui reste des forêts tropicales ou les bouteilles en plastique).
    L’urgence de rendre la Terre paradisiaque est toute relative, cela fait quelques centaines d’années qu’on s’y efforce. Je ne pense pas que notre activité dans l’espace, qui ne fait que commencer, soit une cause qui mérite d’être sacrifiée à votre utopie intransigeante.
    Il y a eu prise de conscience de la possibilité qu’a l’homme de nuire à son environnement. C’était le préalable à une utilisation plus rationnelle de nos ressources mais cela ne doit absolument pas conduire à un renoncement à les utiliser. Les progrès technologiques permettent tous les jours d’améliorer notre impact et j’ai confiance que cela continuera, par la simple force de la recherche et du système capitaliste libéral qui permet l’application de ses résultats. La difficulté de vivre en dehors de la Terre oblige d’ailleurs les porteurs des projets martiens ou lunaires à imaginer les processus de recyclage les plus stricts et les plus efficaces possibles. Cela servira à la meilleure gestion de l’écologie terrestre.
    Pour aller dans le sens de votre point de vue catastrophiste mais contrairement à ce que vous pensez, aller sur Mars pourrait donner une deuxième chance à l’humanité (vous semblez très mal connaître le sujet). Oui cette planète peut devenir un plan B. Il faudrait évidemment y apporter énormément d’équipements et y transporter des hommes. Donc l’autonomie ne pourrait être pour demain mais puisque c’est probable, autant commencer tout de suite. Par ailleurs ce projet ne saurait être une solution pour sauver la vie des milliards de Terriens (impossible de les transporter tous !) mais elle peut l’être pour quelques milliers de personnes qui seraient porteurs de notre mémoire et de notre civilisation. Ce serait déjà très satisfaisant.
    Vous citez l’impossibilité de la terraformation mais vous abordez le sujet de l’installation sur Mars avec un esprit purement terrien. Il ne serait pas nécessaire de terraformer Mars pour y vivre. Sans attendre cette transformation hypothétique, très coûteuse très lente à l’échelle d’une vie humaine et inutile (à laquelle personnellement je ne crois pas non plus), on pourrait s’installer dans des bulles viabilisées dont on sortirait en scaphandre. Mars aurait les ressources suffisantes pour permettre qu’on y vive et qu’on y prospère sur un temps indéfini.
    Pour conclure, je souhaite que beaucoup de candidats touristes se présentent pour faire un tour dans l’ISS et plus tard sur la Lune et sur Mars. Cela nous fera vivre et nous fait aujourd’hui réver !

    • jmhupe dit :

      Cher Monsieur Brisson, permettez-moi tout d’abord de gentiment pointer l’ironie de nous adresser comme à « des messieurs », alors que l’atelier d’écologie politique comprend bien sûr des hommes comme des femmes, qui ont également participé à l’écriture de notre texte. Ensuite merci pour la franchise de votre commentaire qui montre en effet à quel point nous vivons dans des mondes différents …

      • Pierre Brisson dit :

        Merci de votre fair-play pour votre publication.
        Pour ce qui est de votre réflexion sur l’emploi de “Messieurs”, notez que je l’ai fait sciemment. Pour moi ce terme, dans ce contexte, est neutre. Il suffit pour désigner d’autres êtres humains avec politesse, ce qui était mon intention. Je suis résolument opposé à l’écriture inclusive et tout ce qui s’en rapproche. Ce sont pour moi des subtilités inutiles (j’aurais tendance à dire “des enfantillages”) qui ne font pas automatiquement avancer la cause de l’égalité de l’homme et de la femme mais je suis tout à fait conscient que des femmes participent à votre atelier. C’est bien normal.

  6. eg dit :

    Les géants du numériques (GAFA et autres …) ont vite compris les intérêts qu’ils pouvaient dégager de l’exploration spatiale en terme de business d’ou les investissements à coup de Mds de $. Même si nous européens nous avions cette ambition nous n’en aurions pas les moyens. Je pense que le rêve de Thomas Pesquet est encore que cela puisse se faire dans le cadre d’un partenariat entre grandes puissances spatiales par le biais des agences, le cas échéant ça paraît peu probable, d’ou notre intérêt de ne pas rentrer dans ce jeu et de se reporter notre attention sur des programmes spatiaux qui se recentrent sur la protection de notre planète, sur la maîtrise des débris (qui n’à pas vu cette effrayante cartographie des débris ?), quand bien même à diminuer le budget attribué au spatial (à la façon des scientifiques de tout bord) pour en reverser une part à d’autres type de missions liées à la protection de notre planète, mais tout ça ne s’improvise pas ….

  7. ycrg dit :

    Je trouve aussi indécente cette course à l’exploration spatiale au regard de l’état de notre planète terre et je comprends la position européenne de ne pas s’engager dans les vols habités. Par chance nous n’avons pas le même modèle que les États-Unis où on assiste à une privatisation de l’accès à l’espace. Malgré tout les pays européens ne pourront s’empêcher de tenter l’aventure vers Mars par exemple, via des partenariats avec les États-Unis et les autres grandes puissances spatiales, et dans ce cadre la voix de Thomas Pesquet peut sans doute nous éclairer sur sa vision des priorités a propos de la nature des futures missions spatiales.
    Bravo pour votre article et merci pour votre vigilance.