Programme des Séminaires d’Ecologie Politique 2019-2020

Les séminaires d’écologie politique (“Sémécol”, soutenu par le labex SMS) sont inscrits au programme de l’École des Docteurs de l’Université Fédérale de Toulouse et sont ainsi reconnus au titre de la formation doctorale.

L’écologie politique : entre champ scientifique et philosophie sociale

15 Novembre 2019 – 10h-12h30

Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

Cette séance présentera les différentes approches de l’écologie politique en tant que champ de recherche académique et comme courant de pensée. Le dialogue entre les intervenant.es et avec le public devrait offrir quelques grilles de lecture permettant de décrypter les fondements intellectuels des différents discours contemporains sur l’écologie.

Le séminaire présentera trois temps :

– Présentation du champ scientifique de la Political Ecology

– Présentation des courants philosophiques et idéologiques de l’écologie politique

– Table-ronde élargie et échanges avec le public.

Intervenants

Floriane Clément (chargée de recherches en géographie et sciences politiques, INRA)

Guillaume Carbou (maître de conférences en sciences de la communication, IUT de Bordeaux)

Jérémie Cavé (docteur en aménagement urbain, chargé d’enseignement à Sciences Po Toulouse)

Laure Teulières (maîtresse de conférences en histoire contemporaine, UT2)

Constance Planeix (doctorante en sociologie, UT2)


La marchandisation de la nature

Questions sur la compensation écologique et des services écosystémiques

6 décembre 2019 – 10h-12h30

Salle Ossète-Duranti, 6 rue du lieutenant colonel Pélissier à Toulouse

Ce séminaire, autour de la philosophe Virginie Maris et d’une table-ronde de chercheurs et de chercheuses ayant pensé la compensation, interrogera les concepts de services écosystémiques et de compensation, leurs avantages, leurs limites et leurs dévoiements à travers le monde, afin de mieux saisir leur portée dans les débats publics sur la transition écologique.

Une conférence de Virginie Maris sera suivie d’une table ronde pour dresser un panorama de la compensation et des services écosystémiques et discuter avec le public.

Intervenants 

Virginie Maris (chargée de recherches en philosophie, CNRS)

Adriana Blache (doctorante en géographie, UT2J)

Antoine Costa (réalisateur de films documentaires)

Geneviève Azam (maîtresse de conférences en économie, UT2, et membre d’ATTAC)


L’informatisation de nos vies : quels enjeux politiques et écologiques ?

17 Janvier 2020 – 10h-12h30

Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

Pour l’atelier de l’après-midi : Lune Bleue, 3 place Montoulieu

Dans le champ sociétal, la transition numérique bénéficie d’une image positive et progressiste totalement décorrélée des impacts environnementaux, sociaux et politiques qu’elle génère. La croissance de nos usages numériques implique une augmentation insoutenable de notre consommation en électricité, en métaux rares, de nos émissions de gaz à effet de serre, etc. L’informatisation a également de profondes conséquences sur nos vies, qu’il s’agira d’explorer : surveillance et traçabilité généralisées, intensification du travail, accélération du rythme de vie, etc.

Le séminaire présente 3 temps animés par les organisa/teurs/trices :

– État des lieux des impacts environnementaux du numérique

– Exploration des conséquences de l’informatisation sur nos vies

– Temps d’échanges avec le public.

Intervenants

Françoise Berthoud (ingénieure de recherche en informatique, CNRS)

Matthieu Amiech (membre du groupe Marcuse et du collectif Écran Total)


La science qui compte

Enjeux de pouvoir et asymétries entre disciplines dans la recherche sur l’environnement

27 Février 2020 – 10h-12h30

Université Toulouse Jean Jaurès :Maison de la Recherche – Amphi F-417

Dans la recherche sur l’environnement (notamment sur les risques dits naturels), des rapports de domination opèrent au sein du champ scientifique, pluriel, mais aussi entre le champ scientifique et le monde social. Ces asymétries vont dans le sens d’une naturalisation, d’une technicisation de la question (notamment à travers la préséance du décompte et de la mesure). Elles oblitèrent la capacité à rendre compte de la dimension politique des objets étudiés.

Le séminaire présente 3 temps animés par les deux intervenants :

– Introduction de cas typique illustrant l’asymétrie entre disciplines dans la recherche sur l’environnement.

– Exploration des ressorts de cette asymétrie.

– Partage d’expériences et débat autour de cette limite forte des horizons de recherche (conditions de dépassement, cadrage de la recherche, préemption de l’action publique, etc.)

Intervenants

Julien Rebotier (chargé de recherches en géographie, CNRS)

Pascale Metzger (chargée de recherches – HDR en sociologie / géographie, IRD)


Qu’est-ce que l’écologie scientifique ?
Comment rendre cette discipline utile pour répondre aux besoins d’aujourd’hui ?

Printemps 2020

Hôtel d’Assézat (à confirmer)

La séance abordera l’écologie, science de l’habitat et des interactions entre les organismes et leur milieu. Face aux défis actuels, il s’agira de présenter les principes, les approches et le vocabulaire spécifiques de cette science complexe en plein essor. L’objectif sera aussi de réfléchir à ce que l’écologie scientifique peut apporter pour répondre aux questions de tout les jours en relation avec l’environnement.

La séance comprendra trois axes d’intervention :

– Présenter l’écologie scientifique

– Illustrer ce qu’elle peut apporter à une grande question de société (par exemple pour faire face à l’érosion de la biodiversité des insectes)

– Penser la notion de socio-écosystème et l’imbrication entre sciences humaines et sociales (SHS) et science de l’écologie.

Intervenants

Magali Gérino (professeure d’écologie, UT3)

Marc Deconchat (ingénieur agronome, chercheur en écologie, INRA)

Jean-Louis Hemptinne (professeur d’écologie, ENSFEA)

Etienne-Pascal Journet (chargé de recherches en biologie des plantes et en agronomie, CNRS)

Vanessa Léa (chargée de recherche en archéologie, CNRS)

Yves Meyerfeld (ingénieur d’études, CNRS)


Financer la transition écologique

Mai ou Juin 2020

Hôtel d’Assézat (à confirmer)

Parce qu’elle constitue le lieu de renforcement du pouvoir économique, la finance constitue un élément central de verrouillage d’initiatives et de politiques œuvrant dans le sens d’une transition écologique à grande échelle. Mais, parallèlement, il apparaît impossible de penser cette transition sans considérer les conditions financières et monétaires de sa mise en œuvre. Cette séance envisage d’interroger la finance sous ce double aspect (verrouillage – levier), avec une entrée par les dispositifs financiers.

Cette séance articulera deux interventions : une présentation critique d’une approche « à l’intérieur du système » (banque d’investissement vert), et celle d’une approche hors système ‒ par exemple un revenu inconditionnel pour une période de transition, le temps d’inventer une société différente (moins marchande, moins salariée, promouvant les communs, etc..).

Intervenants

Gaël Giraud (économiste en chef à l’Agence Française de Développement (AFD) et Professeur à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées / LISIS)

Dominique Méda (sociologue à l’Université Paris Dauphine)


1 réponse

  1. 05/11/2019

    […] Le programme 2019-2020 du séminaire SEMECOL est en ligne : https://atecopol.hypotheses.org/1712 […]