Programme 2019-2020

Les séminaires d’écologie politique (« Sémécol », soutenu par le labex SMS) sont inscrits au programme de l’École des Docteurs de l’Université Fédérale de Toulouse et sont ainsi reconnus au titre de la formation doctorale.

L’écologie politique : entre champ scientifique et philosophie sociale

15 Novembre 2019 – 10h-12h30

Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

Cette séance présentera les différentes approches de l’écologie politique en tant que champ de recherche académique et comme courant de pensée. Le dialogue entre les intervenant.es et avec le public devrait offrir quelques grilles de lecture permettant de décrypter les fondements intellectuels des différents discours contemporains sur l’écologie.

Le champ scientifique de la Political Ecology
Floriane Clément (chargée de recherches en géographie et sciences politiques, INRA)

Les courants philosophiques et idéologiques de l’écologie politique
Guillaume Carbou (maître de conférences en sciences de la communication, IUT de Bordeaux)

Table-ronde avec :
Jérémie Cavé (docteur en aménagement urbain, chargé d’enseignement à Sciences Po Toulouse)
Jean-Michel Hupé (chargé de recherches en neurosciences, CNRS)
Laure Teulières (maîtresse de conférences en histoire contemporaine, UT2)


La marchandisation de la nature

Valoriser l’environnement pour mieux le préserver ? Questions autour des services écosystémiques et de la compensation écologique

6 décembre 2019 – 10h-12h30

Salle Ossète-Duranti, 6 rue du lieutenant colonel Pélissier à Toulouse

Ce séminaire interrogera le concept de services écosystémiques et les pratiques de compensation, leurs avantages, leurs limites et leurs dévoiements à travers le monde. Modalités supplémentaires de marchandisation de la nature, il convient d’interroger leur utilité dans la transition écologique. Virginie Maris devait également se joindre à nous mais est malheureusement empêchée.

Les errements de l’évaluation monétaire de l’environnement
Gaël Plumecocq, chargé de recherche en économie, INRA, Toulouse.

Marché carbone : consensus politique et inefficacité écologique
Antoine Costa, journaliste et réalisateur, Grenoble.

La nature en Afrique : des services pour le capital, une compensation pour la bonne conscience ?
Adriana Blache, doctorante en géographie, Université de Toulouse


L’informatisation de nos vies : quels enjeux politiques et écologiques ?

17 Janvier 2020 – 10h-12h30

Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

Dans le champ sociétal, la transition numérique bénéficie d’une image positive et progressiste totalement décorrélée des impacts environnementaux, sociaux et politiques qu’elle génère. La croissance de nos usages numériques implique une augmentation insoutenable de notre consommation en électricité, en métaux rares, de nos émissions de gaz à effet de serre, etc. L’informatisation a également de profondes conséquences sur nos vies, qu’il s’agira d’explorer : surveillance et traçabilité généralisées, intensification du travail, accélération du rythme de vie, etc.

Impacts environnementaux des technologies de l’information
Françoise Berthoud (ingénieure de recherche en informatique, CNRS)

L’ordinateur achève de détruire notre maison, mais nous n’avons d’yeux que pour lui
Matthieu Amiech (membre du groupe Marcuse et du collectif Écran Total)


La science qui compte : séminaire interactif dans le champ des enjeux écologiques

27 Février 2020 – 10h-12h30

Université Toulouse Jean Jaurès : Maison de la Recherche, Amphi F-417

Dans la recherche sur l’environnement (notamment sur les risques dits naturels), des rapports de domination opèrent au sein du champ scientifique, pluriel, mais aussi entre le champ scientifique et le monde social. Ces asymétries vont dans le sens d’une naturalisation, d’une technicisation de la question (notamment à travers la préséance du décompte et de la mesure). Elles oblitèrent la capacité à rendre compte de la dimension politique des objets étudiés.

Introduit et animé par :
Pascale Metzger, Chargée de Recherche, sociologie et géographie, IRD – PRODIG
Julien Rebotier, Chargé de recherche, géographie, CNRS – LISST


La nature : quelles perceptions, quelle gestion ?

19 mars 2020 – 10h-12h30

Hôtel d’Assézat

La nature est l’objet de perceptions diverses qui influencent nos façons d’en concevoir la gestion. Des analyses en psychologie et en biologie de la conservation montrent combien cette perception est variable en fonction des personnes et des contextes, et suggèrent une déconnexion croissante d’avec la nature dans les modes de vie actuels. Les avancées en écologie forestière soulignent pourtant que nos liens ancestraux avec les forêts restent vivaces, mais qu’ils se traduisent par des orientations de gestion parfois contradictoires. La discussion et les exemples exposés inviteront à questionner comment articuler les perceptions sensibles et scientifiques de la nature. »

Partager nos expériences de nature pour participer aux transformations majeures de nos modèles de sociétés ?
Anne-Caroline Prévot, Directrice de recherches CNRS au CESCO (UME 7204) Muséum national d’histoire naturelle, Paris. .

Nous sommes tous forestiers : contributions de l’écologie forestière pour s’adapter aux changements globaux
Marc Deconchat, Directeur de recherche à Dynafor (UMR1201) INRAE, Toulouse.


« Survivre et Vivre » : quels enseignements 50 ans plus tard ?

26 mars 2020 –20h-22h
salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat

Questionnements et débat critique sur l’actualité de l’expérience de « Survivre et Vivre » : groupe né dans le milieu scientifique qui a contribué à lancer la question écologique au début des années 1970.
Qu’en tirer aujourd’hui ? Quant aux enjeux actuels, au rôle des sciences et des technologies, à la responsabilité individuelle et collective, aux espérances de mutations globales…

Introduit et animé par :
Céline Pessis, historienne, éditrice de Survivre et Vivre. Critique de la science, naissance de l’écologie (L’Echappée, 2014)
Jean-Paul Malrieu, témoin et acteur de l’aventure de Survivre et Vivre, physicien émérite, Laboratoire de Chimie et Physique Quantiques (IRSAM), CNRS – UT3


La décroissance ou la mort… ou comment survivre à l’économie contemporaine ?

15 Mai 2020 – 10h-12h30

Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

La décroissance est un mouvement intellectuel qui porte une critique radicale de l’idéologie contemporaine de croissance économique. Cette critique a des implications qui vont bien au-delà des aspects économiques, et trouve notamment sa source dans des considérations écologiques, sociologiques, anthropologiques ou encore démocratiques. La conférence sera articulée en deux temps. Tout d’abord, une présentation large de ce mouvement, puis un traitement plus détaillé des enjeux économiques visant notamment à comprendre ce que pourrait devenir notre organisation économique dans une société décroissante. Une table ronde en interaction avec le public viendra compléter ces deux présentations.

Le mouvement de la décroissance
TBA

Impasse de la croissance verte et scénarios économiques de décroissance
François Briens, ingénieur-chercheur en prospective énergie-économie environnement


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search