Compte-rendu du 3ème forum de la recherche

Le troisième forum de la recherche organisé par l’atelier d’écologie politique de Toulouse s’est tenu salle du Sénéchal la matinée du vendredi 20 septembre 2019, à l’occasion de la grève mondiale pour le climat.

Vous pouvez déjà télécharger l’ensemble des présentations.

Une cinquantaine de membres du monde académique toulousain ont réfléchi sur la thématique d’une recherche dans un monde en décroissance. Après quelques éléments justifiant le parti pris que le système de recherche actuel est profondément encastré, tant par ses finalités, ses moyens et son organisation, dans le mode dit « croissantiste » de développement basé sur la croissance économique, il a été proposé aux personnes présentes de réfléchir à ce que pourrait être une recherche « non-croissantiste ». Trois pistes de réflexion ont été proposées et les participants étaient libres de réfléchir à cette question sous l’angle qu’ils souhaitaient :

  1. Dans le système actuel, avec les moyens techniques et énergétiques d’aujourd’hui, quelle recherche mener ou arrêter dans l’optique de préparer un monde sans croissance, avec une réduction drastique des émissions de gaz à effets de serre ?
  2. Que reste-t-il à découvrir avec des moyens techniques/énergétiques limités ? Quelle recherche mener dans ce cas ?
  3. Comment organiser/financer une recherche non croissantiste ? Quelle place pour le chercheur dans une telle société ?

Les participants se sont répartis en 10 groupes, et nous présentons ici la synthèse de leurs réflexions.

Remise en question du financement par appels à projet

Plusieurs groupes ont noté que le système actuel de financement par appels à projet :

  • participe à la mise en concurrence des chercheurs et ne crée pas un système collaboratif ;
  • favorise la course à la publication et privilégie la quantité plutôt que la qualité des articles ;
  • développe des directions de recherche « croissantistes » (dictées par des intérêts économiques) et qui ne répondent pas forcément à de réels besoins ;
  • participe au dérèglement climatique via les mobilités demandées dans ces appels à projets ;
  • pousse à la consommation : il s’agit toujours de montants importants, alors que dans certains domaines (SHS notamment) les chercheurs n’auraient besoin que de quelque milliers d’euros ;
  • repose sur des moyens d’évaluation chiffrés et une approche gestionnaire.

Plusieurs propositions ont été faites pour le modifier ou le remplacer :

  • accroitre notre vigilance et nos réactions collectives par rapport aux orientations des appels d’offre ;
  • participer activement à la définition des appels d’offre et aux choix stratégiques ;
  • tirer au sort les projets financés, notamment afin de diminuer les moyens gaspillés dans la décision ;
  • supprimer ce système, et le remplacer par un montant fixe alloué à chaque chercheur, le même pour tous, et que le chercheur est libre d’utiliser ;
  • limiter le nombre annuel maximal de publications par chercheur ;
  • limiter les bourses de mobilité et l’importance accordée aux collaborations à longue distance ;
  • faire identifier par les citoyens les domaines de recherche prioritaires, faire remonter les « vraies » demandes sociétales ;
  • aller vers le modèle SHS de financement, i.e., plus de sources de financement, mais avec des enveloppes plus modestes ;
  • favoriser un financement horizontal au lieu de pyramidal ;
  • favoriser la sensibilisation et l’influence des décideurs ;
  • orienter les moyens financiers vers les urgences (low tech, résilience, géo-ingénierie)

Interdisciplinarité, introduire des SHS

L’interdisciplinarité et le rôle des SHS est aussi revenu à plusieurs reprises. Les propositions suivantes ont été faites :

  • introduire l’histoire des sciences, l’epistémologie et une sensibilisation à l’éthique dans l’enseignement et/ou pour tous les chercheurs ;
  • remettre du politique et de la philosophie dans les recherches, par exemple en associant des philosophes, sociologues et historiens même aux projets de recherche des sciences « dures », afin de retrouver du sens ;
  • encourager/favoriser les échanges interdisciplinaires afin de mieux comprendre les enjeux dans une société en décroissance, mieux décrypter la complexité (comprendre les liens cachés) ;
  • faire émerger la question de la croissance dans les champs disciplinaires.
  • convergence des domaines scientifiques (technos, SHS, …) vers une société moins croissantiste afin de repenser totalement les mobilités, l’alimentation, …

Transmission de la connaissance

  • Créer une base de données des connaissances que l’on veut transmettre, à définir par un débat démocratique ;
  • Se saisir de sa responsabilité de transmission des savoirs, d’alerter le public du fait de notre accès à la connaissance ;
  • Distinguer deux échelles :
    • échelle locale à l’échelle d’une ville : transmission à son échelon
    • Echelle globale à l’échelle mondiale/de l’humanité : curiosité, comprendre, transmettre importance de la transmission

Finalités/objectifs de la recherche

  • On cherche pour la connaissance ou pour que ce soit appliqué ?
  • Faut-il continuer à chercher à mieux comprendre le monde/comprendre plus de choses ? Par exemple, a-t-on encore besoin de recherches sur le climat puisqu’on sait déjà ? Quelle limite à la connaissance en physique des particules ?
  • Indexer l’utilité sur l’urgence climatique, mais attention à ne pas remplacer un utilitarisme par un autre.
  • Changement culturel : se détourner du « tout utile », cf histoire de l’art qui permet de sortir de la productivité, envisager la science comme de la contemplation. Le mystère peut-il être intégré dans notre culture comme une notion inspirante ?
  • Universalisme : la science doit-elle/ne peut-elle être qu’universelle ?

Divers

  • s’opposer systématiquement à la reprise ou l’acceptation plus ou moins consciente de la rhétorique croissantiste/économiste/technophile/moderniste… de l’innovation, de la compétitivité, de l’approche par compétence, des talents, de l’excellence, des financements par projets, des axes prioritaires, etc. désincarner nos imaginaires d’une forme de pensée hégémonique qu’est la pensée gestionnaire
  • installer une auto-organisation complète des chercheurs : plus de CNRS, plus de laboratoire. Si les chercheurs sont libres, ils ne travailleront pas sur des sujets néfastes ;
  • l’internationalisation de la recherche est-elle toujours nécessaire ? Créer des communautés scientifiques locales ? Quel risque si on se ferme sur le local ? Quid de l’ouverture aux autres, les échanges ?
  • Exemplarité de la recherche et des chercheurs : chercher l’exemplarité via nos thématiques, plutôt que par les impacts/la vie quotidienne, mais la prise de conscience individuelle est nécessaire ;
  • Accepter d’aller moins vite mais de façon plus réfléchie et avec plus de qualité ;
  • Mieux connaître et évaluer l’impact du numérique ;
  • Semaine de travail à 20 heures; prendre du temps pour réfléchir, lire un livre; recherche buissonnière, utiliser de façon transversale les connaissances existantes ;
  • Utiliser et exploiter ce qui est déjà fait, plutôt que répéter les données déjà existantes ou proches ;
  • Peut-on augmenter l’éducation sans augmenter la pollution ?
  • Budget alloué aux déplacements inversement proportionnels au statut (plus d’argent pour les plus jeunes, sans statut, …) ;
  • Créer des endroits/collectifs qui fassent envie et soient un contre-modèle. Question de la dépendance à l’état ;
  • Comment on fait la révolution et que ça marche ?
  • Paradoxe de l’inflation de la recherche sur la décroissance : mais si on réduit notre action on laisse la place à d’autres ;
  • Mieux comprendre le monde n’est pas problématique mais il faut découpler connaissance et maîtrise/puissance
  • Partir d’une expertise, déplacer sur la sensibilisation pour rapprocher la recherche de la décision. Pour certains domaines l’urgence déplace la recherche : sensibiliser et avoir un poids
  • Délicat de faire une recherche avec moins de moyens. En revanche, proposer un système de contraintes peut être intéressant. Peut-être qu’en prônant la diminution des moyens, on peut générer un système de contraintes stimulant.
  • Réconcilier recherche et engagement ;
  • Déréalisation dans l’informatique qui produit des effets pervers
  • Faut-il centraliser ou décentraliser la recherche ?
  • Est-ce que le CNRS ne proposerait pas une recherche orientée sur des actions sociétales ? Mieux valoriser cette recherche ?
  • Travail sur la croissance : quel est le statut de la croissance dans nos travaux/études ? Statut/portée/responsabilité sociale ;
  • Recherche informatique/robotique se fait en entreprise → captation par le secteur privé. Quid de la responsabilité sociale de la recherche publique ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse