|SEMECOL| Marchandisation de la nature (6/12)

Valoriser l’environnement pour mieux le préserver ?

« L’économie verte » figure aujourd’hui en bonne position parmi les solutions avancées pour résorber les problèmes écologiques. Ce séminaire entend examiner certains de ses avatars, la compensation et les services écosystémiques. Ils tentent de concilier croissance et préservation des écosystèmes, des paysages et du climat (à l’instar du développement durable), et poussent les frontières de la marchandisation de la nature.

Ce séminaire, réunira l’économiste Gaël Plumecocq, le réalisateur Antoine Costa et la géographe Adriana Blache, pour interroger le concept de services écosystémiques et les pratiques de compensation, leurs avantages, leurs limites et leurs dévoiements à travers le monde. Modalités supplémentaires de marchandisation de la nature, il convient d’interroger leur utilité dans la transition écologique. Virginie Maris devait également se joindre à nous mais est malheureusement empêchée.

La compensation peut être vue comme le symptôme d’un certain rapport économique à la nature. Elle pose en particulier la notion d’équivalence (détruire là et compenser l’équivalent ailleurs), vecteur de financiarisation en même temps que conséquence (évaluer la perte et la compensation en termes monétaires).

Cette idée de compensation a des racines plus anciennes que la financiarisation : c’est explicitement pour compenser l’industrialisation et la modernisation agricole, autant au point de vue écologique que pour le bien-être de populations de plus en plus urbaines, que l’on a multiplié après la Seconde Guerre mondiale les espaces protégés. La compensation serait ainsi consubstantielle de l’accélération des destructions des écosystèmes, ce qu’a encore accru la financiarisation.

Le prolongement pratique de cette réduction économique de l’environnement se situe dans le concept de « service écosystémique », qu’il conviendrait aussi de déconstruire. Il s’agit d’évaluer en termes monétaires les « services » rendus par l’environnement (filtrage des sols, pollinisation par les abeilles, photosynthèse…). Il s’agirait ainsi de souligner l’importance économique qu’il y à le préserver, mais aussi de pouvoir mieux payer les droits à polluer et à détruire. Cette évaluation économique de l’environnement ne va pas sans poser des problèmes, tant philosophiques que pratiques.

Où ?         Salle Osète, 6 rue du Lieutenant-Colonel Pélissier, 31000 Toulouse

Quand ?    Vendredi 6 Décembre 2019 de 10h à 12h30

Programme :

Gaël Plumecocq (économiste, INRA, Toulouse), « Les errements de l’évaluation monétaire de l’environnement ».

Antoine Costa (journaliste et réalisateur, Grenoble), « Marché carbone : consensus politique et inefficacité écologique »

Adriana Blache (géographe, doctorante en géographie, Université de Toulouse), « La nature en Afrique : des services pour le capital, une compensation pour la bonne conscience ? »


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search