Séance 1 : Faire récit du changement environnemental global (07/12/2018)

(Compte-rendu du séminaire)

L’enjeu écologique marque notre présent et s’amplifiera fortement à l’avenir ; rares sont ceux qui peuvent le nier ou s’en détourner. Ces constats s’appuient sur quantité d’observations. Enjeu, défi, crise, prise de conscience, événement, catastrophe, tournant, changement, durabilité, transition, effondrement… l’écologie s’appréhende à travers des qualificatifs et des registres variés.

Tous ces récits, situés dans des champs disciplinaires plus ou moins cloisonnés, diversement appropriés par les acteurs sociaux, politiques et économiques, portent chacun une part du récit écologique global. Ils proposent une lecture du passé et de l’avenir qui pointe des responsabilités et cherche à influer sur nos actions présentes.

La diversité des récits au croisement des débats scientifiques et politiques

Un premier niveau d’observation porte sur ces récits pluriels tels qu’ils circulent dans le monde social, afin d’en repérer la genèse, la logique, les formes d’agrégation et de construction. Il s’agit tout autant d’appréhender ceux produits d’en haut (scientifiques, institutions, administrations, système médiatique, etc.) que ceux plutôt formés d’en bas (mouvements et réseaux sociaux, collectifs, associations, etc.) ainsi que la manière dont ils interagissent. Dans cette démarche nous nous intéresserons à l’évolution historique des récits écologiques.

Longtemps marginaux et contestataires, ils peuvent désormais être instrumentés comme éléments de langage. Incontournables aujourd’hui, les récits du changement climatique (ceux, par exemple, de l’anthropocène) seront au centre de cette première séance de séminaire pour comprendre leur genèse, leurs partis pris et les types solutions qu’ils dessinent pour l’avenir.

Faire récit du passé, anticiper l’avenir pour agir à présent

En croisant des disciplines telles que les sciences du climat, de la Vie et de la Terre ou les sciences sociales, économiques et politiques, il s’agit d’amener à faire réfléchir l’ensemble des chercheuses et chercheurs (dont les modes d’approche restent spécifiques à chaque discipline) sur cette question écologique et la façon de l’appréhender dans sa globalité. A l’occasion du dernier rapport du GIEC (IPCC, special report Global Warming of 1.5°C du 8 octobre 2018) les réflexions porteront tout particulièrement sur l’interaction entre la production scientifique et la demande sociale. Elles s’intéresseront aussi à l’impact que veulent produire et que produisent effectivement les chercheurs et chercheuses par leur mise en récit qui a une dimension anticipative forte.

Énoncer quelque chose, c’est le rendre visible, le faire exister publiquement, le transformer ainsi en motif d’action, de réaction, de controverse ou de solidarité. Énoncer le changement climatique, c’est en faire une force agissante pour les sociétés, une force capable d’orienter et de transformer

Interventions

Présentation de l’atelier de recherche en écologie politique et du séminaire
Jean-Michel Hupé (CerCo, UMR Université Paul Sabatier-CNRS) et Laure Teulières (FRAMESPA, UMR Université Toulouse Jean Jaurès-CNRS)

Écrire l’histoire du changement climatique : quels récits de l’Anthropocène ?
Christophe Bonneuil (Centre Koyré d’Histoire des Sciences et des Techniques, UMR CNRS-EHESS-MNHN)

Le rapport spécial sur le réchauffement à 1.5°C : une rupture avec les précédents rapports du GIEC ?
Roland Séférian (CNRM-GAME, UMR CNRS-Météo-France)

Séance coordonnée par Steve Hagimont et Yves Meyerfeld


Vous aimerez aussi...