Avion à hydrogène : quelques éléments de désenfumage

Communiqué de presse, 29/09/2020

Airbus promet des avions à hydrogène pour 2035. Son dirigeant Guillaume Faury a qualifié de « zéro carbone » ce projet, tout en affirmant ne pas être un « expert de l’hydrogène d’aujourd’hui ». L’Atécopol propose quelques éléments de clarification. L’hydrogène, simple vecteur et non source d’énergie, est produit essentiellement à partir d’énergies fossiles qu’il faudrait arriver à remplacer pour tendre vers le “zéro carbone”. Or, un tel projet n’est pas réaliste actuellement. Par exemple, rien que pour décarboner l’hydrogène nécessaire à faire voler des avions à hydrogène correspondant au trafic pré-Covid de l’aéroport Charles de Gaulle, il faudrait couvrir entièrement d’éoliennes un département français ou faire tourner 16 réacteurs nucléaires. Il semble que nous soyons ici en présence d’un nouveau mythe technologique, dont l’industrie de l’aéronautique a été particulièrement féconde par le passé. Est-ce une attitude responsable alors que les concentrations de CO2 atmosphérique atteignent des niveaux jamais vus depuis des millions d’années et que le risque d’emballement du système climatique est réel ?

article sur le blog mediapart de l’atécopol

Une version de ce texte est également publiée par Terrestres (NB: le « chapeau » de mise en contexte avec les marches sur les aéroports est de Terrestres).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search