Programme 2020-2021

Séminaire d’Écologie Politique (SÉMÉCOL)

Labex SMS – Laboratoire FRAMESPA
École des Docteurs – Université Fédérale de Toulouse

 

La dimension sociale de la crise environnementale interroge, tant dans le champ scientifique que dans les domaines économique ou politique. Ses fondements, et notamment les origines et implications des changements environnementaux globaux, ne font plus de doute. Les chercheurs de disciplines extrêmement variées documentent les multiples aspects du réchauffement climatique et des bouleversements écologiques. Ils étudient leurs effets différenciés sur les milieux et les sociétés qui y sont confrontés ; ils analysent également les structures (politiques, sociales, économiques), les processus et les pratiques qui ont contribué à créer cette situation critique ; ils élaborent et évaluent, enfin, des façons de fonctionner différemment afin de s’en prémunir ou de s’y adapter.

Le projet scientifique et de formation interdisciplinaire porté par le Séminaire d’écologie politique (SÉMÉCOL) s’inscrit dans un contexte social d’urgence écologique et politique. Il vise à articuler des compétences scientifiques diverses autour des enjeux environnementaux, en tant qu’ils constituent des questions de société. Les sciences sociales mettent à l’œuvre une démarche réflexive qui interroge les pratiques scientifiques. En matière de recherches sur l’environnement, cette réflexivité demande tout particulièrement à articuler d’autres sciences que les seules sciences sociales. Les sciences physiques, du vivant, de la nature ou de l’ingénieur ne placent pas nécessairement au centre de leur attention la portée politique ou sociale de leur objet d’étude. Pour autant, elles ne peuvent pas faire l’économie de considérer le monde social dans lequel elles évoluent, à moins de revendiquer des conditions d’objectivité et de neutralité absolues : une vue de l’esprit. Les chercheurs relevant de ces périmètres scientifiques n’échappent pas non plus aux tensions que fait émerger une certaine réflexivité de leurs pratiques.

A travers la mise en dialogue et en circulation des savoirs, compétences et expériences d’une communauté de recherche plurielle sur le site toulousain, le SÉMÉCOL vise à interpeler concrètement les différentes spécialités de recherche scientifique dans leur façon d’aborder la question environnementale, ainsi que dans les liens qui peuvent s’établir entre ces spécialités, et avec le monde social. La diversité de la programmation aidera les doctorant.es, au fil de l’année, à établir des passerelles avec leurs cultures disciplinaires respectives, en même temps qu’elle leur permettra d’explorer les enjeux de la pratique de la recherche autour de l’environnement en interdisciplinarité et dans le contexte d’un enjeu de société crucial.

 

« Survivre et Vivre » : quels enseignements 50 ans plus tard ?

Séance annulée pour cause de confinement : merci de nous suivre pour être tenu au courant d’une reprogrammation

Questionnements et débat critique sur l’actualité de l’expérience de « Survivre et Vivre ». Ce groupe né dans le milieu scientifique au début des années 1970 a contribué à lancer la question écologique ainsi qu’une réflexion exigeante sur le rôle et l’implication de la recherche, en particulier face au complexe militaro-industriel. Quels enseignements en tirer aujourd’hui ? Quant aux enjeux actuels et à venir, au rôle des sciences et des technologies, à la responsabilité individuelle et collective, aux espérances de mutations globales…

Introduit et animé par :

  • Jean-Paul Malrieu, témoin et acteur de l’aventure de « Survivre et Vivre », physicien émérite, Laboratoire de Chimie et Physique Quantiques (IRSAM), CNRS – UT3
  • Céline Pessis, historienne, postdoctorante à l’IFRIS, éditrice de Survivre et Vivre. Critique de la science, naissance de l’écologie (L’Echappée, 2014)

 

Politiques agricoles et néolibéralisme vert

Séance annulée pour cause de confinement : merci de nous suivre pour être tenu au courant d’une reprogrammation

Les politiques agricoles en France sont aujourd’hui largement cadrées par les dispositions de la Politique Agricole Commune (PAC). A son entrée en vigueur dans les années 1960, celle-ci visait essentiellement à permettre de faire l’Europe à travers la construction d’un marché commun agricole, à travers des prix garantis, et un système de protection aux frontières. Elle s’inscrivait dans une approche de « modernisation » du secteur agricole qui renvoyait aussi au projet agricole national. Cette politique a évolué depuis, en partie pour répondre aux demandes sociétales, mais aussi pour libéraliser les marchés agricoles. Depuis le début des années 2000, le versement de certaines aides directes aux agriculteurs est conditionné par la satisfaction de critères environnementaux. L’éco-conditionnalité est généralement qualifiée de « verdissement ». Pour autant, certains travaux semblent montrer que les effets écologiques de ce verdissement sont relativement modestes. Certains les qualifient même de « greenwashing », pratiques consistant à « colorer » une pratique pour lui donner un verni écologique sans rien n’y changer. Ces constats invitent à interroger la tension entre les objectifs environnementaux affichés, la libéralisation des marchés agricoles et la persistance d’une logique productiviste. Ils nécessitent de questionner plus fondamentalement la manière dont ces politiques sont conçues, outillées et mises en œuvre. Dans quelle mesure ce verdissement prolonge-t-il ou rompt-il avec les dispositifs précédents ? Quels ont été les rapports de force qui ont présidé à leur configuration ? Quelles limites aujourd’hui et quelles autres politiques publiques pourraient permettre une transition écologique et sociale du système alimentaire dans son ensemble ?

Animé par :

  • Aurélie Trouvé, maîtresse de conférences en économie à AgroParisTech, UMR Prodig.
  • Eve Fouilleux, directrice de recherches au CNRS, Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS)

 

La nature : quelles perceptions, quelle gestion ?

La nature est l’objet de perceptions diverses qui influencent nos façons d’en concevoir la gestion. Des analyses en psychologie et en biologie de la conservation montrent combien cette perception est variable en fonction des personnes et des contextes, et suggèrent une déconnexion croissante d’avec la nature dans les modes de vie actuels. Les avancées en écologie forestière soulignent pourtant que nos liens ancestraux avec les forêts restent vivaces, mais qu’ils se traduisent par des orientations de gestion parfois contradictoires. La discussion et les exemples exposés inviteront à questionner comment articuler les perceptions sensibles et scientifiques de la nature.

  • Partager nos expériences de nature pour participer aux transformations majeures de nos modèles de société ?
    Anne-Caroline Prévot, directrice de recherches CNRS au CESCO (UME 7204), Muséum national d’histoire naturelle de Paris.
  • Nous sommes tous forestiers : contributions de l’écologie forestière pour s’adapter aux changements globaux
    Marc Deconchat, directeur de recherche à Dynafor (UMR 1201), INRAE Toulouse.

Date : 08 décembre 10h-12h30

Lieu : webminaire

 

La décroissance ou la mort… ou comment survivre à l’économie contemporaine ?

La décroissance est un mouvement intellectuel qui porte une critique radicale de l’idéologie contemporaine de croissance économique. Cette critique a des implications qui vont bien au-delà des aspects économiques, et trouve notamment sa source dans des considérations écologiques, sociologiques, anthropologiques ou encore démocratiques. La conférence sera articulée en deux temps. Tout d’abord, une présentation large de ce mouvement, puis un traitement plus détaillé des enjeux économiques visant notamment à comprendre ce que pourrait devenir notre organisation économique dans une société décroissante. Une table ronde en interaction avec le public viendra compléter ces deux présentations.

  • La décroissance : diversité d’approches, de l’écologie à la spiritualité
    Fabrice Flipo, professeur de philosophie, épistémologie et histoire des sciences et techniques à l’Institut Mines-Télécom
  • Impasse de la croissance verte et scénarios économiques de décroissance
    François Briens, économiste
    Alice Canabate, vice-présidente de la Fédération d’Ecologie Politique (FEP) et codirectrice de la revue Entropia

Date : 15 janvier 2021, 16h30-19h

Lieu : salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat 31000, Toulouse

 

Pesticides, santé et environnement : quelle science pour sortir de l’impasse ?

Le caractère cancérigène des pesticides est au centre de nombreuses controverses. La toxicologie fondamentale et l’épidémiologie apportent des connaissances, sans aboutir pourtant à mettre en place des politiques publiques net des moyens efficaces de protection de la santé environnementale. Il s’agira donc d’analyser les fossés existants entre les différentes communautés épistemiques afin de proposer une nouvelle approche de recherche sur l’impact des pesticides. La séance abordera également ce que l’on sait d’après l’épidémiologie et les études en expologie sur la question du lien entre expositions professionnelles agricoles et cancers. Posée depuis plusieurs décennies au niveau national et international, elle est souvent focalisée sur les pesticides à usage agricole et fait l’objet de nombreuses controverses entre disciplines scientifiques et entre savoirs académiques et évaluateurs de risque des agences sanitaires.

  • Pesticides et cancers: science, réglementation, décisions publiques et sociétés.
    Laurence Huc, chercheuse (INRA) en toxicologie alimentaire, Laboratoire Toxalim.
  • Agriculture et cancer, association statistique ou relation causale probable ?
    Pierre Lebailly , maître de conférences en santé publique, Université de Caen Basse Normandie.

Date : 1er février 2021, 18h-20h30

Lieu : salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat 31000, Toulouse

 

Écologie décoloniale : quelles articulations entre écologie et colonisation ?

Cette séance essaiera d’élucider les liens qui ont été faits entre colonisation et destruction des environnements depuis l’impérialisme écologique d’Albert Crosby jusqu’à l’écologie décoloniale de Malcolm Ferdinand. Il s’agira notamment de penser les interactions entre les systèmes de domination et de contrôle des populations coloniales, l’extractivisme au sens large et la perturbation des niches écologiques. La dimension coloniale de certaines attitudes de protection de l’environnement sera aussi abordée. Nous inclurons enfin une réflexion sur les continuités postcoloniales de ces mêmes articulations pour réfléchir à ce que pourrait être une écologie pleinement émancipée de l’emprise coloniale. Ces éléments de réflexion seront illustrés à partir de cas d’études portant sur les Amériques et les Antilles, depuis 1492 jusqu’à nos jours.

  • Sébastien Rozeaux, maître de conférences en histoire, Université Toulouse Jean Jaurès
  • Emmanuelle Perez, maîtresse de conférences en histoire, Université Toulouse Jean Jaurès

Date : vendredi 12 mars 2021, 10h-12h30

Lieu : salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat 31000, Toulouse

 

Quel avenir pour nos forêts ?

Nos forêts n’ont jamais été autant sollicitées. Par les aléas du climat d’abord, qui appellent des forces de résilience parfois insurmontables. Par les besoins matériels et spirituels de nos sociétés ensuite, en plein questionnement sur son avenir. Que peut-on vraiment attendre de nos forêts ? Pourront-elles à la fois être les espaces de « nature » dont nous avons besoin, des fournisseurs de matières premières, des refuges pour la biodiversité et des puits de carbone durables ?

La séance présentera les questions écologiques et sociétales que pose l’orientation actuelle des politiques forestières. Les impacts différentiés de la sylviculture (production de bois) sur le climat et ses interactions avec le système forêt-bois, sur la biodiversité et sur la durabilité des écosystèmes forestiers (fertilité, santé). Les politiques d’augmentation de récolte, d’intensification de la production et de « compensation » seront analysées dans leurs impacts sur le climat et les écosystèmes. D’autres voies seront présentées, et la parole des associations œuvrant pour promouvoir ces alternatives permettra d’initier le débat. Les deux intervenants sont co-auteurs du rapport co-auteur du rapport Gestion forestière et changement climatique, une autre approche de la stratégie nationale d’atténuation (Fern-Canopée 2020).

  • Comment gérer les forêts françaises à l’heure du changement climatique et de la transition « écologique » ?
    Gaétan Du Bus, docteur en sciences,expert et gestionnaire forestier, initiateur du « Réseau pour les Alternatives Forestières ».
  • Regards critiques sur les politiques publiques en matière de forêt, de climat et d’énergie
    Sylvain Angéran, ingénieur forestier, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre, créateur de l’association « Canopée Forêts Vivantes ».

Date : jeudi 1er avril 10h-12h30

Lieu : salle Ossète, 6 Rue Du Lieutenant Colonel Pélissier, Toulouse

 

Fin du monde, fin du mois, même combat ! Désastre écologique, question sociale et dynamique politique du pouvoir

  • Fabian Scheidler, philosophe et dramaturge, auteur de La fin de la Mégamachine (Seuil, 2020)
  • Aurélien Berlan, docteur HDR en philosophie

Date : vendredi 21 mai 10h-12h30

Lieu : à venir

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search