La décroissance ou la mort … ou comment survivre à l’économie contemporaine ?

La décroissance, souvent décriée, nécessite une discussion démocratique dans la sphère publique. Pour se faire, deux invités étaient présents lors du second webinaire du programme 2020-2021 du SEMECOL : François Briens, économiste, co-auteur du rapport Decoupling debunked – Evidence and arguments against green growth as a sole strategy for sustainability, et Fabrice Flipo, professeur de philosophie, épistémologie et histoire des sciences et techniques à l’Institut Mines-Télécom.

Dans un premier temps, François Briens a montré les impasses de la croissance verte.  Basée sur une logique de croissance économique soutenable grâce à un découplage absolu et continuel, cette croissance n’a pas montré qu’elle répondait aux enjeux écologiques actuels. Ainsi, les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’un Français sont restées stable depuis 25 ans si on inclut l’impact dû aux importations. Trois arguments sont généralement donnés pour valider la notion de découplage : les progrès techniques apporteront une diminution suffisante des émissions de GES ; l’économie circulaire limitera suffisamment les besoins en ressources ; l’économie de services, peu émettrice, permettra de continuer la croissance. Comment penser que les progrès techniques et scientifiques arriveront à diviser par 10 les émissions de CO2 pour respecter une augmentation de seulement 1,5o des températures d’ici 2050 ? En effet, les secteurs les plus émetteurs (l’énergie, le bâtiment et les transport) sont soumis à une inertie importante avant que des progrès ne puissent apporter des changements substantiels, surtout que les progrès les plus efficaces et les plus simples ont déjà été réalisés. De plus, effet rebond et nuisances secondaires peuvent venir contrecarrer les gains obtenus. D’autre part, l’économie circulaire est limitée car tout n’est pas recyclable et quand bien même elle ne permettrait pas une augmentation de la demande. Finalement l’économie de services nécessite une part non négligeable d’économie matérielle, comme des infrastructures, et peut même générer un effet de levier limitant de beaucoup l’intérêt de la dématérialisation. Dans ces conditions, la croissance, sous-entendu croissance du PIB, est-elle réellement un progrès ? Il a été montré qu’au-delà d’un certain seuil de PIB, le sentiment de bien-être n’augmente plus car le bien-être est une notion subjective. Ainsi, l’idéologie de croissance est due à un imaginaire social qui base la société de consommation sur trois piliers : la publicité qui crée le besoin, le crédit qui donne les moyens et l’obsolescence qui permet de renouveler la consommation. La croissance est souvent jugée indispensable à l’emploi. Or les gains de productivité réalisés depuis les années 1960 sont largement basés sur une automatisation qui diminue les besoins en travail humain. Il a donc été nécessaire d’étendre la sphère du travail à de nouveaux secteurs comme les loisirs ou des services autrefois réalisés gratuitement dans le cadre des liens sociaux. Parmi les nombreux courants critiques apparus face aux impasses générées par une idéologie de croissance économique illimitée, la décroissance est proposée comme projet de transition pour une société d’abondance frugale. Sobriété, mutualisation, partage, réduction des inégalités, planification démocratique sont quelques-uns des aspects nécessaires à la transition. Cette décroissance matérielle vers un état stable ne montre aucune impossibilité comptable, mais ne peut se réaliser qu’à travers un changement de paradigme soutenu notamment par les arts afin d’apporter un imaginaire positif à la décroissance.

La décroissance comme courant de philosophie politique a été présenté par Fabrice Flipo. Face aux impasses de la croissance, cinq courants critiques sont apparus : la bioéconomie, la critique écologique, la critique démocratique, la critique du développement et la critique spirituelle. Cependant la décroissance ne fait pas recette face au libéralisme, machine à mouvement perpétuel de la croissance, basé sur des besoins insatiables qui permettent de toujours générer plus d’argent grâce à l’innovation. Ce système circulaire est également alimenté par plus de travail est plus de loisirs. Trois piliers supportent une économie libérale : la démocratie représentative, l’économie autorégulée via le libre-échange et l’état de droit qui protège la propriété privée et l’individu. Ce système permet une égalité des chances, mais surtout pas des résultats car des riches sont nécessaires pour faire bouger les pauvres. Deux courants ont principalement critiqué le libéralisme. Pour la critique socialiste, la démocratie représentative est en fait une oligarchie, la liberté d’échanger est un leurre et le droit libéral ne protège que les puissants. Le courant libéral répondant à cette critique en considérant le libéralisme comme un mal nécessaire face aux faiblesses humaines et qui représente comme le moins pire des systèmes. Pour les écologistes, libéraux et socialistes défendent une même vision productiviste. Ils considèrent que la démocratie et le droits doivent être améliorés en prenant en compte la Nature et les générations futures. Historiquement, la sobriété est un vieux débat qui existait déjà dès le XVIIIème siècle avec des tenants du luxe (Voltaire, Mandeville) ou des opposés au luxe (Rousseau, Helvétius). Pour Marx, l’émancipation ne peut passer que par l’abondance et donc le productivisme. Mais en pratique, comment sortir de ce système libéral/productiviste ? Il est difficile de passer d’un système à un autre car la dimension technique ne le permet pas, les deux systèmes se contrariant dans leurs usages : c’est le « lock-in ». Pour changer de système, il faut donc raconter des histoires pour donner une vision inspirante qui va entrainer le changement en créant un effet de réseau basé sur un investissement lent et peu productif jusqu’à permettre le basculement à partir d’une certaine masse critique et finalement ce trouver dans un nouveau « lock-in ». Ce réseau s’appuie non sur des clients, mais sur des inconditionnels qui promeuvent bénévolement le nouveau système pour faire rêver les foules sur des éléments auxquels elles s’identifient. Actuellement, le récit dominant est le « marché vert » avec de nouvelles technologies qui fournissent les solutions et la dématérialisation. Cependant trois objections peuvent être opposées à cette vision : les innovations arriveront-elles ? arriveront-elles à temps ? et la solution ne sera-t-elle pas pire que le problème ? Un changement brutal conduit à une révolution ou à un effondrement. Le changement de système doit-t-il est lent ou rapide ?

Diaporamas de ces présentations :

Enregistrement vidéo du SEMECOL


Vous aimerez aussi...