Programme SEMECOL 2021-2022

Séminaire d’Écologie politique (SÉMÉCOL)

Labex SMS – Laboratoire FRAMESPA
École des Docteurs – Université Fédérale de Toulouse

*** Programme 2021-2022 ***

 

 

***************

 

Nos forêts survivront-elles à la « transition » ?

Nos forêts n’ont jamais été autant sollicitées. Par les aléas du climat d’abord, qui appellent des forces de résilience parfois insurmontables. Par les besoins matériels et spirituels de nos sociétés ensuite, en plein questionnement sur son avenir. Que peut-on vraiment attendre de nos forêts ? Pourront-elles à la fois être les espaces de « nature » dont nous avons besoin, des fournisseurs de matières premières, des refuges pour la biodiversité et des puits de carbone durables ?

La séance présentera les questions écologiques et sociétales que pose l’orientation actuelle des politiques forestières. Les impacts différentiés de la sylviculture (production de bois) sur le climat et ses interactions avec le système forêt-bois, sur la biodiversité et sur la durabilité des écosystèmes forestiers (fertilité, santé). Les politiques d’augmentation de récolte, d’intensification de la production et de « compensation » seront analysées dans leurs impacts sur le climat et les écosystèmes. D’autres voies seront présentées, et la parole des associations œuvrant pour promouvoir ces alternatives permettra d’initier le débat. Les deux intervenants sont co-auteurs du rapport Gestion forestière et changement climatique, une autre approche de la stratégie nationale d’atténuation (Fern-Canopée 2020).

  • Comment gérer les forêts françaises à l’heure du changement climatique et de la transition « écologique » ?
    Gaétan Du Bus de Warnaffe, docteur en sciences,expert et gestionnaire forestier, initiateur du « Réseau pour les Alternatives Forestières ».
  • Regards critiques sur les politiques publiques en matière de forêt, de climat et d’énergie
    Sylvain Angéran, ingénieur forestier, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre, créateur de l’association « Canopée Forêts Vivantes ».

Date : 19h-21h30 jeudi 30 septembre 2021
Lieu : Salle Osète, 6 Rue Du Lieutenant Colonel Pélissier à Toulouse

***************

 

Déboulonner la mégamachine.
Désastre écologique, question sociale et dynamique politique du pouvoir

Chaos climatique, extinction en masse des espèces, pollution croissante de l’eau, de l’air et des sols, épuisement des ressources, etc. Face au désastre écologique global dans lequel nous nous enfonçons, il est courant de fractionner le problème et de chercher des « solutions » parcellaires, le plus souvent technologiques : énergies dites « décarbonnées » et technologies à émissions négatives, crapauduc et viande in vitro, recyclage et petits gestes, etc. Pourtant, nous savons pertinemment que, derrière les divers mécanismes permettant de rendre compte de chacune des dimensions de la catastrophe en cours, c’est un type de société qui articule de manière particulière – et particulièrement dynamique – tout un ensemble d’institutions. Cette stratégie d’évitement tient manifestement à l’impuissance que nous ressentons toutes et tous face à cette « mégamachine » complexe, ainsi qu’à la difficulté à imaginer une alternative à ce système – qu’on le définisse comme capitaliste, industriel, technicien ou simplement moderne. Si l’on veut infléchir notre course folle, il est néanmoins indispensable de nous y confronter et de nous demander : comment s’y prendre pour déboulonner la mégamachine ? Par où commencer ? Comment réussir à s’en passer ? Nous aborderons ces questions avec deux intervenants

  • Fabian Scheidler, philosophe et dramaturge,
    La fin de la Mégamachine (Seuil, 2020)
  • Aurélien Berlan, docteur HDR en philosophie,
    Terre et liberté. La quête d’autonomie contre le fantasme de délivrance (La Lenteur, 2021)

Date : 16h-18h30 vendredi 22 octobre 2021
Lieu : Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

***************

Politiques agricoles et néolibéralisme vert

Les politiques agricoles en France sont aujourd’hui largement cadrées par les dispositions de la Politique Agricole Commune (PAC). A son entrée en vigueur dans les années 1960, celle-ci visait essentiellement à permettre de faire l’Europe à travers la construction d’un marché commun agricole, à travers des prix garantis, et un système de protection aux frontières. Elle s’inscrivait dans une approche de « modernisation » du secteur agricole qui renvoyait aussi au projet agricole national. Cette politique a évolué depuis, en partie pour répondre aux demandes sociétales, mais aussi pour libéraliser les marchés agricoles. Depuis le début des années 2000, le versement de certaines aides directes aux agriculteurs est conditionné par la satisfaction de critères environnementaux. L’éco-conditionnalité est généralement qualifiée de « verdissement ». Pour autant, certains travaux semblent montrer que les effets écologiques de ce verdissement sont relativement modestes. Certains les qualifient même de « greenwashing », pratiques consistant à « colorer » une pratique pour lui donner un verni écologique sans rien n’y changer. Ces constats invitent à interroger la tension entre les objectifs environnementaux affichés, la libéralisation des marchés agricoles et la persistance d’une logique productiviste. Ils nécessitent de questionner plus fondamentalement la manière dont ces politiques sont conçues, outillées et mises en œuvre. Dans quelle mesure ce verdissement prolonge-t-il ou rompt-il avec les dispositifs précédents ? Quels ont été les rapports de force qui ont présidé à leur configuration ? Quelles limites aujourd’hui et quelles autres politiques publiques pourraient permettre une transition écologique et sociale du système alimentaire dans son ensemble ?

  • La Politique agricole commune : grandeur et décadence du néolibéralisme vert
    Aurélie Trouvé, maîtresse de conférences en économie à AgroParisTech, UMR Prodig.
  • Eve Fouilleux, directrice de recherches au CNRS, Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS)

Date : 10h-12h30 vendredi 26 novembre 2021
Lieu : Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse

 ***************

Démanteler le capitalisme : défuturation et bifurcations ontologiques

Nous dépendons pour notre subsistance d’une « technosphère » à la fois massive et ubiquitaire dont le mode de fonctionnement – fossile – menace de nous étouffer. Ces infrastructures et modes d’organisation déjà obsolètes continuent pourtant d’exercer une emprise quotidienne sur nos modes d’habitation de la terre. Comment appréhender ces communs, largement « négatifs » (à l’image des sols contaminés, des industries polluantes, des soupes détritiques, etc.), dont nous sommes en train d’hériter ? Que faire de ce gigantesque patrimoine dont dépendent à court terme des milliards de personnes, alors qu’il les condamne à moyen terme ?

A défaut de pouvoir faire table rase de ces réalités, Diego Landivar, Emmanuel Bonnet et leurs collègues de l’Origens Medialab proposent d’envisager l’anthropocène comme le moment d’une bifurcation, propice à des pratiques collectives (commoning) de démantèlement et de destauration (« l’art de ne pas faire advenir les virtualités qui attendent encore de s’accomplir et de réduire l’intensité de ce qui existe déjà »).  Mobilisant des cadres méthodologiques à la croisée du design, de l’ethnographie, de la philosophie et de la sociologie, ces deux chercheurs contribuent à une dynamique collective de redirection écologique consistant à redéfinir ce à quoi nous sommes prêts à renoncer pour maintenir les choses précieuses à notre subsistance.

Soirée en présence des co-auteurs de l’ouvrage Héritage & Fermeture : une écologie du démantèlement

  • Diego Landivar, docteur en sciences économiques, ESC Clermont Business School, laboratoire Origens Media Lab.
  • Emmanuel Bonnet, docteur en sciences de gestion, ESC Clermont Business School, laboratoire Origens Media Lab.

Date : 17h-20h  Jeudi 17 février 2022
Lieu :  Salle San Subra, 2 rue San Subra, Toulouse

 ***************

Écologie et travail : réinventer le travail pour des sociétés soutenables

Avec les interventions de :

  • Antoine Bouzin : doctorant en sociologie au Centre Emile Durkheim, université de Bordeaux
  • Mireille Bruyère : Économiste Université Jean Jaurès de Toulouse – CERTOP CNRS, Membre des économistes atterrés
  • Bernard Friot : Professeur émérite de sociologie du travail à l’université Paris Nanterre

Date : 7 mars 2022 de 14h à 16h30

Lieu : Salle Osète (Espace Duranti, 6 Rue du Lieutenant Colonel Pélissier)

***************

Greenwashing. Dépolluer le débat public

Saviez-vous que les objectifs de « neutralité carbone » reposent largement sur des technologies qui n’existent pas ? Que la destruction d’une zone naturelle peut être soit-disant « compensée » par l’investissement dans un produit financier ? Qu’il faudrait 15 réacteurs nucléaires ou un département couvert d’éoliennes pour alimenter l’aéroport Charles-de Gaulle en hydrogène vert ? Alors que l’enjeu écologique est décisif, nous avons un besoin urgent de clarifier les débats sur le sujet. Le greenwashing est ce qui nous en empêche. Évoquant tour à tour un verdissement de façade, la récupération d’un discours environnementaliste vidé de sa substance, la mise en place d’innovations aux effets « écologiques » douteux, il biaise le débat public et empêche des choix démocratiques éclairés.

Le séminaire réunira une quinzaine de chercheuses et chercheurs ayant contribué à l’ouvrage Greenwashing : manuel pour dépolluer le débat public (Seuil, 2022). Dans une démarche d’autodéfense intellectuelle, il s’agira d’appréhender le greenwashing dans la diversité de ses manifestations, en révélant les fausses promesses, les illusions rassurantes et les formes d’enfumage qui nous enferment dans des trajectoires insoutenables. Un échange essentiel pour ouvrir la voie aux bifurcations nécessaires.

Dans une forme inédite, cette séance du SEMECOL se déroulera en trois temps, deux périodes de présentations thématiques entrecoupées d’un temps d’échanges entre le public et les invité.es représentant d’institutions et d’organisations :

  • 14h-16h30 – Présentations publiques thématiques : Villes durables ; Véhicule propre ; Énergie décarbonée ; Avion vert
  • 16h30-18h – Échanges avec les invités représentant d’institutions et d’organisations
  • 18h-20h30 – Présentations publiques thématiques :  Biodiversité ; Compensation ; Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ; Transition énergétique

En présence d’Aurélien Berlan, Guillaume Carbou et Laure Teulières qui ont coordonné l’ouvrage, et des auteur·es Adriana Blache, Frédéric Boone, Julian Carrey, Jérémie Cavé, Mickaël Coriat, Julien Delord, Michel Duru, Célia Izoard, Etienne-Pascal Journet, Florian Simatos, Marie-Anne Verdier.

Date : Vendredi 15 avril 2022

Lieu : Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat, Toulouse

***************

Scénarios de transition énergétique

La « transition énergétique » est devenue incontournable pour viser les engagements climatiques de l’accord de Paris. Des objectifs de baisse considérable des émissions de gaz à effet de serre et de « neutralité carbone » à plus long terme sont désormais affichées par nombre de gouvernements. Ces programmes, qui présupposent des transformations drastiques, s’appuient sur différents modèles prospectifs chiffrés, qui ont tous vocation à éclairer le débat public. Différents scénarios ont ainsi été publiés au cours de la dernière année : au niveau international celui de l’Agence internationale de l’énergie et, pour la France, ceux de l’ADEME, de RTE ou de l’association Négawatt. Mais que sait-on de leur fabrique, de la façon dont ils sont conçus puis calculés ?

Ce séminaire abordera donc la question de la fabrique de ces scénarios, de leurs contenus, mais également leurs limites, grâce à l’éclairage de Sandrine Selosse, chargée de recherche au Centre de Mathématiques Appliquées (Mines Paris-PSL), spécialiste des modèles de prospectives, ainsi que de Christian Couturier, expert sur l’utilisation énergétique de la biomasse et du biogaz, également membre de négaWatt.

La séance s’organise autours de trois pôles :

1ère partie : Sandrine Selosse. « Comprendre la fabrique et l’impensé des modèles de prospective : panorama et analyse critique »

L’objectif de la première partie sera de présenter un panorama général des différents modèles prospectifs, notamment ceux utilisés au niveau mondial, et d’en présenter les différents angles, paramètres et hypothèses de départ. Une conclusion sur les forces et les limites de ces modèles sera proposée.

2eme partie : Christian Couturier. « Présentation du scénario Négawatt et de ses hypothèses »

Les conséquences du dérèglement climatique sont déjà visibles, y compris en France. Le récent rapport publié par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) vient à nouveau confirmer l’origine anthropique de ces bouleversements. Depuis 20 ans, l’Association négaWatt contribue à la recherche de solutions en traçant la voie d’une société plus respectueuse des ressources de la planète, de la biodiversité et de l’humain.

Le 26 octobre 2021, l’Association négaWatt a rendu public son 5e scénario de transition énergétique pour la France. Ce scénario négaWatt 2022 comporte deux grandes nouveautés par rapport au précédent :

–   les émissions importées, c’est à dire les émissions de gaz à effet de serre engendrées par la fabrication à l’étranger de biens importés en France, sont désormais comptabilisées,

–   le scénario négaWatt est couplé à un scénario négaMat qui évalue les évolutions possibles de consommation et de production de matériaux (acier, béton, cuivre, plastiques, lithium, etc.), ainsi qu’au scénario AFTERRES2050 de l’association SOLAGRO qui porte sur le secteur des terres (agriculture, forêt, alimentation, biomasse).

Ce scénario atteint la neutralité carbone en 2050 ainsi qu’un mix énergétique à 96 % renouvelable, tout en réduisant fortement l’extraction de matières premières dans la croûte terrestre. Il est également compatible avec l’objectif de -55 % de gaz à effet de serre fixé au niveau européen à l’horizon 2030.

3ème partie : Table ronde et débat

Au cours de cette troisième partie, sous forme de table ronde, plusieurs questions seront abordées avec les intervenant.es, sur les scénarios en général et sur négaWatt en particulier : hypothèses et limites des scénarios ; imaginaires et idéologie ; plausibilité des rythmes de déploiement et paris technologiques ; matériaux et métaux nécessaires à l’implémentation ;  importance de la biomasse et conflits d’usage ; mise en musique politique des scénarios ; etc.

Lieu : Vendredi 20 mai 2022 de 17h30 à 20h.

Date : Salle du Sénéchal, 17 rue Rémusat

***************

La Sécurité Sociale de l’Alimentation, avec l’Atelier paysan

Alors que près de 12 millions de personnes se trouvent en situation de précarité alimentaire en France, de nombreux auteur.es et collectifs défendent la démocratie alimentaire comme condition nécessaire d’un accès digne pour tou.tes à une alimentation de qualité. Cela passe par la transformation et le dépassement du modèle agro-industriel depuis la consommation, la distribution et la production.
Le projet de Sécurité sociale de l’alimentation (SSA) est une proposition concrète, un outil d’institution de cette démocratie. Il vise à répondre de manière conjointe et simultanée aux droits à une alimentation saine, au droits des paysans et à la priorité donnée à une agriculture nourricière pour les humains et pour leurs milieux de vie. Porté depuis 3 ans par le collectif Pour Une SSA regroupant onze organisations associatives et syndicales, le projet est en discussion. Il se construirait à partir du modèle de la sécurité sociale qui a su garantir, dans ses modalités de gestion de 1946 à 1967, le droit à la santé pour tous. En s’inspirant du triple mécanisme de son fonctionnement (universalité, cotisation sociale, conventionnement), le projet de la SSA propose notamment de créer une cinquième branche au régime général de sécurité sociale, afin d’allouer à tous les habitants un montant mensuel, dédié à l’achat de produits répondant aux critères définis démocratiquement en fonction des nécessités écologiques et sociales. Ce conventionnement démocratique et décentralisé aurait lieu au sein de caisses primaires locales articulées avec une instance nationale.
C’est avec l’Atelier Paysan, qui outre son objectif de “reprendre la Terre aux machines” est engagé concrètement sur ce projet et avec les chercheuses Dominique Paturel, pour la démocratie alimentaire, et Lucine Endelstein, pour une étude de terrain sur les recompositions des solidarités en la matière, que nous ouvrirons les échanges, en présence d’autres acteurs du collectif.

Avec les présentations suivantes :

  • Jean-Claude Balbot, agriculteur retraité, membre de l’Atelier Paysan, Se nourrir tous et toutes demain sans pesticides ni « aide-alimentaire » : quelles voies, quels moyens ?
  • Dominique Paturel, chercheuse à l’UMR Innovation (INRAE Montpellier), membre des collectifs Démocratie alimentaire et Sécurité sociale de l’alimentation, “ Les enjeux démocratiques dans l’accès à l’alimentation durable (particulièrement pour les familles à petits budgets) “
  • Lucine Endelstein, chargée de Recherche (CNRS) au laboratoire LISST-Cers, ” La faim et les moyens : solidarités alimentaires à Toulouse pendant la crise sanitaire “

Séance co-animée par Geneviève Azam, économiste, et Alexandre Gondran, enseignant-chercheur en mathématique et informatique à l’ÉNAC.

Date : Mercredi 8 juin 2022 de 14h30 à 17h

Lieu : Salle San Subra, 2 rue San Subra à Toulouse


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Atelier Ecopol (23 juillet 2021). Programme SEMECOL 2021-2022. ATelier d'ÉCOlogie POLitique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d1vq


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search