Politiques agricoles et néolibéralisme vert (annonce)

Les politiques agricoles en France sont aujourd’hui largement cadrées par les dispositions de la Politique Agricole Commune (PAC). A son entrée en vigueur dans les années 1960, celle-ci visait essentiellement à permettre de faire l’Europe à travers la construction d’un marché commun agricole, à travers des prix garantis, et un système de protection aux frontières. Elle s’inscrivait dans une approche de « modernisation » du secteur agricole qui renvoyait aussi au projet agricole national. Cette politique a évolué depuis, en partie pour répondre aux demandes sociétales, mais aussi pour libéraliser les marchés agricoles. Depuis le début des années 2000, le versement de certaines aides directes aux agriculteurs est conditionné par la satisfaction de critères environnementaux. L’éco-conditionnalité est généralement qualifiée de « verdissement ». Pour autant, certains travaux semblent montrer que les effets écologiques de ce verdissement sont relativement modestes. Certains les qualifient même de « greenwashing », pratiques consistant à « colorer » une pratique pour lui donner un verni écologique sans rien n’y changer. Ces constats invitent à interroger la tension entre les objectifs environnementaux affichés, la libéralisation des marchés agricoles et la persistance d’une logique productiviste. Ils nécessitent de questionner plus fondamentalement la manière dont ces politiques sont conçues, outillées et mises en œuvre. Dans quelle mesure ce verdissement prolonge-t-il ou rompt-il avec les dispositifs précédents ? Quels ont été les rapports de force qui ont présidé à leur configuration ? Quelles limites aujourd’hui et quelles autres politiques publiques pourraient permettre une transition écologique et sociale du système alimentaire dans son ensemble ?

    • La Politique agricole commune : grandeur et décadence du néolibéralisme vert
      Aurélie Trouvé, maîtresse de conférences en économie à AgroParisTech, UMR Prodig.
    • Des politiques agricoles sous influence : verrouillages, préemption du débat
      et canalisation de la critique

      Eve Fouilleux, directrice de recherches au CNRS, Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS)

Date : 10h-12h30 vendredi 26 novembre 2021
Lieu : Salle du Sénéchal, 17 rue de Rémusat à Toulouse


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search