CliMars Attaque


Pendant la semaine du 5 au 13 mars, une dizaine d’associations – dont l’Atécopol -, organisent des événements dans Toulouse pour rappeler l’urgence environnementale, et la nécessité de prendre des mesures à la hauteur des enjeux, et ce à toutes les échelles (individuelle, locale, nationale, internationale). La liste de tous les événements de la semaine, le communiqué de presse et le visuel, peuvent être trouvés ici.

L’urgence environnementale est là, et les mesures prises ne sont toujours pas à la hauteur des enjeux. Les derniers rapports du GIEC (groupe I et II) sont là pour nous le rappeler. Au cours de la semaine du 5 au 13 mars, les membres de l’Atécopol sortent de leurs labos et vont dans la rue.

 

Événements de la semaine organisés par l’AtÉcoPol

  • Happening & conférences de rue
    • dimanche 06/03 10-13h : Marché Saint Aubin
    • mercredi 09/03 14-17h : Métro Capitole
    • samedi 12/03 14-17h : Rencontrez-nous à la marche “look up” pour le climat ! (départ à 14h en haut des allées Jean Jaurès – statut Riquet)
  • Discussions et débats avec vous !
    • lundi 07/03 20-23h : L’Évasion (St Michel)
    • mercredi 09/03 20-23h : L’Itinéraire bis (Matabiau),
    • jeudi 10/03 10-12h : L’Estaminot (St Cyprien)
  • Conférence “Réinventer le travail pour des sociétés soutenables”, avec Bernard Friot, Mireille Bruyère et Antoine Bouzin
    • lundi 07/03 14h-17h30 : Salle Osète
  • Conférence “Le néo-libéralisme va-t-il mourir ? (et comment faire pour que ça aille plus vite ?)”, par Marie-Laure Guislain
    • jeudi 10/03 18h-20h : L’Evasion (St Michel)
    • vendredi 11/03 18h-20h : L’Evasion (St Michel)

Voir les diaporamas et les vidéos des mini-conférences

Voir l’exposition Climat & Inégalités

 

Lettre aux citoyens

PDF à télécharger

Chères concitoyennes et chers concitoyens,

Nous sommes des scientifiques de la région toulousaine. Face à l’accumulation de données sur la dégradation vertigineuse des écosystèmes planétaires et aux perspectives qui se précisent jour après jour, nous éprouvons le besoin de partager avec vous notre vive émotion. Nous ne pouvons pas continuer à chercher dans nos labos comme si de rien n’était, nous sortons dans la rue – car il y a de quoi paniquer.

Le vivant disparaît à un rythme inédit, bien plus rapide que lors des 5 extinctions de masse qui ont marqué l’histoire de la Terre. Et cette fois-ci, la seule cause en est les activités humaines. Le climat se dérègle à une vitesse également inédite sur les derniers millénaires, suivant implacablement les quantités de gaz à effet de serre émises dans l’atmosphère par une partie des humains. Quantités qui ne cessent de croitre malgré les nombreuses alertes depuis des décennies et malgré les accords internationaux qui se succèdent pour leur réduction.

La plupart des projections du GIEC (le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) montrent que nous franchirons +1,5°C sur les températures moyennes aux alentours de 2030 et si rien n’est fait nous pourrions atteindre des valeurs de réchauffement beaucoup plus élevées en fin de siècle. Ces chiffres ne sont pas très impressionnants mais ils signifient que de grandes parties de la planète deviendraient inhabitables, en particulier dans les zones intertropicales mais pas seulement. Des milliards d’humains sont déjà directement menacés, ainsi qu’une grande partie de la biodiversité. Le climat d’Occitanie lui-même deviendrait éprouvant avec des canicules plus sévères chaque année, des manques d’eau, des incendies, et un littoral méditerranéen submergé par l’élévation du niveau de la mer.

Aucune région du monde ne sera épargnée par les effets directs et indirects de ces désastres. L’alimentation, par exemple, pourrait devenir problématique même dans notre pays. Il n’existe aucun lieu de refuge dans notre monde interconnecté : famines et catastrophes, cela signifie des guerres, des déplacements de population, et des épidémies, dans un engrenage du pire.

Le plus sidérant, c’est qu’après des décennies d’alertes scientifiques, d’accords internationaux et de discours,  RIEN n’a été même commencé pour dévier de cette trajectoire mortifère. Les prévisions ont beau s’appuyer sur des connaissances et des observations solides, vérifiées année après année, reconnues comme exactes par la grande majorité des dirigeants, elles n’induisent aucune réaction politique à la mesure des enjeux.

Autant le dire clairement, les scientifiques n’ont pas de solution magique, et nous pensons que personne ne peut prétendre en avoir une. Nous sommes par contre convaincu·es que pour voir émerger de vraies dynamiques de changement, il faut nous y mettre toutes et tous ensemble. Nous devons nous informer et agir sur tous les plans et à tous les niveaux politiques.

Nous devons prendre en main nos destins. En faisant chacun et chacune attention à ne pas alimenter ces désastres, et en nous rassemblant pour dépasser tout individualisme paralysant. Les inégalités abyssales qui permettent à une élite de maintenir ses privilèges en saccageant le monde ne sont pas acceptables et nous devons lutter ensemble, politiquement, pour les réduire.

Contre ce monde de destruction, engageons-nous massivement dans les associations et mouvements qui agissent pour construire des sociétés conviviales, joyeuses, égalitaires et collectives. Un monde dans lequel nos enfants puissent vivre.

N’hésitez pas à venir discuter pour partager vos émotions, vos idées, vos connaissances.

Les scientifiques de l’Atelier d’écologie politique dans la rue


Vous aimerez aussi...