Rencontre avec Philippe Descola

L’anthropologie de la nature à l’épreuve de la crise écologique

Lors du Festival “L’histoire à venir” en septembre 2021 dont le thème était “Usage du faux”,  l’Université Toulouse 2-Jean Jaurès, en partenariat avec le théâtre Garonne, les éditions Anacharsis et l’Atelier d’écologie politique (Atécopol), a organisée une rencontre avec Philippe Descola, Professeur au Collège de France titulaire de la chaire d’anthropologie de la nature, directeur d’études EHESS, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS, UMR 7130 EHESS CDF CNRS). Présentation de la conférence par Adeline Grand-Clément, maîtresse de conférences en histoire de l’antiquité (UT2), avec Guillaume Gaudin, historien des mondes hispaniques (UT2), Laure Laffont géochimiste (Université Paul Sabatier-Toulouse 3) et Julien Delord, écologue, philosophe et historien des sciences.

La crise de la biodiversité et le changement climatique, parce qu’ils posent clairement la question de l’habitabilité de cette planète dans un futur proche, invitent à réfléchir aux mécanismes qui sous-tendent les écocides et aux manières possibles d’y faire face. Repenser le rapport entre humains et non-humains, s’affranchir du grand partage nature/culture fermement inscrit dans la pensée occidentale : dans quelle mesure l’anthropologie nous aide-t-elle à envisager d’autres voies possibles ? La question est posée à Philippe Descola par des chercheuses et chercheurs membres de l’Atécopol pour mettre en perspective les recherches actuelles en anthropologie de la nature. La réponse de Philippe Descola s’articule autour de trois points : les éléments pour dater l’Anthropocène, la pertinence de l’analyse scientique des données singulières dans le monde du vivant et enfin, les relations de l’homme avec la nature. Par ailleurs, répondant aux questions du public, Philippe Descola insiste sur l’indissociabilité des savoirs autochtones éthologiques des conditions historiques qui ont permis leur construction et sur la place marginale de l’enseignement en écologie scientifique (l’étude des interactions des organismes dans un écosystème) en France, sur le naturalisme en anthropologie. Sans pouvoir en envisager l’aboutissement, i imagine un futur conflictuel opposant des résistances de type zadistes à des états-nations réduits et aux multinationales.


Vous aimerez aussi...