Programme SÉMÉCOL 2022-2023

Séminaire d’Écologie politique (SÉMÉCOL)

Labex SMS – Laboratoire FRAMESPA
École des Docteurs – Université Fédérale de Toulouse

*** 2022-2023 ***

Le séminaire de l’AtÉcoPol est ouvert à tout public

***************

Écologie pour toutes et tous ?

Comment permettre un changement de système qui ne soit pas excluant pour certaines catégories de citoyen·nes ? Aujourd’hui, les prises de décision politiques dans les domaines économique, social, environnemental, etc. se font souvent en ne prenant en compte la diversité des publics qu’a posteriori. Le point de vue majoritaire est adopté pour élaborer la prise de décision (le citoyen imaginé comme lambda), des ajustements sont éventuellement réalisés ensuite pour inclure diverses populations. Or, ces ajustements à la marge ne permettent pas une réelle prise en compte de la diversité des situations et des points de vue, et participent souvent de l’exclusion qu’ils prétendent combattre. Le changement de paradigme induit par une prise en compte systématique de la diversité permettrait de rompre avec la reproduction des inégalités. L’écologie politique, de par sa vision humaniste, est un bon terreau pour entamer une démarche réflexive sur la façon de faire politique et pour considérer la façon dont les populations se saisissent elles-mêmes, et à leur façon, de la problématique écologique.

Dans cette séance, nous allons nous intéresser dans un premier temps aux personnes handicapées. Qu’est-ce que le validisme et quelles sont ses conséquences ? Cette introduction à la notion de validisme permettra d’ouvrir les perspectives et d’imaginer son implication dans l’écologie politique. Dans un deuxième temps, on s’intéressera aux rapports aux enjeux environnementaux de différentes fractions des classes populaires rurales, qui se débrouillent au quotidien pour vivre avec peu de moyens financiers. Elles adoptent des pratiques économes au quotidien et font preuve d’une réflexivité sur leur mode de vie ainsi que sur leurs conséquences environnementales. Enfin, c’est la question de l’écologie et du travail social qui sera abordée. Quels liens entre ces deux domaines et quels enjeux ? Quelle prise en compte des exigences de justice sociale et environnementale ? Quelles pistes pour une approche socio-écologique intégrée ?

  • Introduction au validisme : Charlotte Puiseux, chercheuse et auteure, docteure en philosophie et diplômée en psychologie clinique.
  • Discours et pratiques des classes populaires rurales en lien avec l’écologie : Fanny Hugues, doctorante au Centre détude des mouvements sociaux (CEMS) à l’EHESS
  • Travail social et écologie : Marie Toustou, formatrice à l’Institut du travail social ERASME

Date : jeudi 13 octobre 2022 de 14h à 16h30
Lieu : distanciel

 

***************

Le vivant, une catégorie zombie ?

Existe-t-il une frontière nette entre vivant et non-vivant ?
Quelles conséquences sur notre rapport au monde ?

Dans nos cultures occidentales il est généralement admis que les êtres vivants constituent une catégorie définie par une frontière bien nette. Les animaux et les plantes sont reconnus comme des êtres vivants alors que les roches, les océans, les nuages, les galaxies ou encore nos outils ou nos maisons ne le sont pas. C’est à partir de cette catégorie du vivant que se définissent les sciences de la vie comme la biologie, et c’est un des grands enjeux de notre époque que de sauver le vivant gravement impacté par les activités humaines. Dans notre imaginaire collectif, cette frontière serait une réalité mesurable, et l’idée qu’il existerait une définition scientifique, rigoureuse et stable du vivant semble aller de soi. Qu’en est-il réellement ?

Thomas Heams, chercheur en génomique à AgroParisTech et auteur d’Infravies (Seuil, 2019) sera accueilli par quatre chercheuses et chercheurs toulousain.e.s de différentes disciplines (biologie, anthropologie, littérature et astrophysique) pour en débattre. Il s’agira d’explorer comment la question de cette frontière vivant/non vivant traverse l’histoire, les peuples et les disciplines scientifiques et de considérer sa dimension relative, jusqu’à envisager qu’elle n’ait pas de fondements scientifiques. Quelles perspectives s’ouvrent alors pour notre conception du vivant ? Quels effets peut-on imaginer sur les sciences, sur nos sociétés et sur notre rapport au monde ?

En présence de :

  • Thomas Heams, chercheur en génomique animale à AgroParisTech et auteur d’Infravies. Le vivant sans frontière (Seuil, 2019)

Pour un débat interdisciplinaire avec :

  • Émilie Letouzey, chercheuse en anthropologie de la Fondation Fyssen à l’université d’Ōsaka
  • Claire Cazajous, chercheuse en littérature américaine à l’Université Toulouse Jean Jaures, UT2J
  • Hervé Philippe, chercheur en biologie au CNRS, station de Moulis
  • Frédéric Boone, chercheur en astrophysique à l’Université Paul Sabatier, Toulouse UT3

Date : mardi 18 octobre 2022 de 17h à 20h       REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE
Lieu : salle du Sénéchal, 17 rue Rémuzat

 

***************

Climats futurs : comment sait-on ce que l’on sait ?

Le réchauffement climatique actuel est intégralement causé par les activités humaines ». Cette conclusion du GIEC remet en cause les choix de sociétés et les modes de vie d’une part importante de la population mondiale, et révèle une profonde injustice entre les personnes les plus touchées par les dérèglements du climat, et celles qui en sont le plus responsables. Face à l’ampleur des conséquences politiques de ce résultat scientifique, nous proposons de prendre le temps de reconstruire progressivement les éléments clefs permettant d’aboutir à cette conclusion. Si de nombreuses ressources de vulgarisation existent déjà sur le changement climatique, beaucoup délivrent un savoir à accepter et parfois difficile à appréhender. La présentation se focalisera sur des points considérés comme problématiques ou manquants des approches existantes. Nous commencerons par introduire les notions et expériences de base permettant de mettre en évidence le lien entre émissions de CO2 et élévation de température. Puis, en ouvrant le capot d’un “modèle de climat”, nous montrerons comment de nombreux phénomènes de la vie courante y sont pris en compte. Cela nous permettra de comprendre sur quoi s’appuient les scientifiques du GIEC pour anticiper les futurs possibles du climat, à partir des choix politiques que nous ferons.

Une séance coconstruite et présentée par :

  • Valentin Maron, enseignant-chercheur en didactique de la physique, Laboratoire EFTS (Education, Formation, Travail, Savoirs), Université Toulouse 2 Jean Jaurès.
  • Simon Barbot, post-doctorant en océanographie, LEGOS (Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales), Université Toulouse 3 Paul Sabatier

Quand ?    10 novembre 2022 de 14h à 17h
Où ?          Salle Osète, Rue du Lieutenant-Colonel Pélissier, Toulouse

 

***************

Les émotions face aux ravages écologiques : quels enjeux politiques ?

À l’heure où le désastre écologique s’accélère, les enquêtes témoignent de préoccupations grandissantes pour le présent et l’avenir de la vie sur Terre. Toute une gamme d’émotions semble possible : de la tristesse à la colère, de la peur au désespoir, de la sidération à la combativité… C’est pourtant souvent le terme d’« éco-anxiété » qui est retenu. Mais que dit, et que masque, ce concept omniprésent qui semble tout recouvrir ? Sur d’autres sujets – comme la montée de l’extrême droite ou les ravages du capitalisme – le sentiment qui prédomine reste la colère, souvent décriée. Pourquoi une telle différence ? N’y a-t-il pas des militant·es climat en colère ou des manifestant·es pour la défense des retraites inquièt·es de leur avenir et de celui de leurs enfants ? L’éco-anxiété serait-elle la seule réponse socialement acceptable à la situation que nous vivons ? Entre l’écothérapie, le coaching par la nature ou la thérapie verte, les propositions parfois onéreuses ou en ligne ne manquent pas aujourd’hui pour être accompagné·e dans sa « transition intérieure ». Dans ce cadre là, l’éco-anxiété semble une réaction d’impuissance à traiter individuellement. La question écologique, réduite au manque de prise de conscience, est alors personnalisée, interprétée selon un prisme moral ou pathologique évacuant tout conflit.
Toutefois, le changement social nécessaire peut-il être réduit à une compilation de transformations ou guérisons individuelles ? L’action politique n’est-elle pas le meilleur remède pour répondre à l’éco-anxiété ? Dans un premier temps nous verrons comment l’écologie politique qui questionnait nos conditions de vie s’est parfois assagie en une quête de salut individuel, du côté du développement personnel plus que de la critique sociale. Puis, dans un mouvement similaire, nous interrogerons en quoi l’écopsychologie, née dans la contre-culture américaine des années 1970, a progressivement été dépolitisée et captée par le business du « Bien-être » en Europe. Heureusement, certains professionnels de l’accompagnement résistent. Comment essayent-ils de donner à leur activité une portée subversive ? Face aux catastrophes, n’a t-on pas aussi besoin de réinventer des pratiques collectives de prendre-soin, par delà la culture des experts ? Ces questions seront notamment éclairées par des exemples d’initiatives en milieu militant. Et si nous apprenions à accueillir les émotions, et les douleurs parfois tabous, pour les transformer en pouvoir d’agir et de retisser des mondes ?

  • « L’éco-anxiété », un terme pour canaliser les réactions à la catastrophe écologique ? par Aude Vidal, anthropologue de formation, autrice notamment d’Égologie. Écologie, individualisme et course au bonheur (Le Monde à l’envers, 2017) et La Conjuration des ego (Syllepse, 2019).
  • L’écopsychologie : entre business du « bien-être » et changement social par Michaël Bonnet, éducateur spécialisé, auteur du mémoire Réinventer les pratiques de soin face au Cosmocide : Alterpolitique et écopsychologie radicale (Master 2 de Psychanalyse, Philosophie et Economie Politique du Sujet, UT2J, 2021).

Quand ? vendredi 25 novembre 2022 de 14h30 à 17h
Où ?       salle San Subra, 2 rue San Subra à Toulouse

 

***************

Capturer le carbone de l’atmosphère : pari technique nécessaire ou dangereux mirage politique ?

Pour limiter l’ampleur du dérèglement climatique et de ses impacts, l’accord de Paris vise à atteindre la neutralité carbone dans la deuxième moitié du XXIe siècle. Selon le GIEC, cela nécessite une baisse massive des émissions de CO2 mais aussi une augmentation des capacités des puits de carbone qui permettent d’éliminer du carbone atmosphérique. Par exemple en protégeant et/ou en stimulant les puits de carbone naturels existants, par une meilleure gestion des forêts, des sols ou de la biomasse océanique. En complément à ces puits naturels, des solutions plus technologiques sont aussi envisagées dans les scénarios prospectifs, dans lesquels elles jouent des rôles plus ou moins importants : capture directe dans l’air (DAC), capture et stockage du carbone en sortie de processus industriels (CCS) ou liés à la bioénergie (BECCS).

Ce séminaire se concentre sur ces dernières solutions « technologiques ». Il cherchera tout d’abord à faire le point sur leurs aspects techniques : quel est leur potentiel de stockage, leur degré de maturité technologique, leur temporalité, leur coût économique et énergétique, quels sont les risques physiques associés. Le débat sera ensuite élargi à des considérations sociales, économiques et politiques en posant la question des effets de ces technologies et de leur promesses sur les politiques publiques et les stratégies d’entreprise.

Avec la participation de :

  • Sylvain Delerce, docteur en géoscience spécialiste de la minéralisation du carbone,
    ingénieur chez Carbon Gap (ONG européenne) : Panorama des techniques d’élimination
    du CO2 atmosphérique (CDR)
  • Thomas Le Guenan, ingénieur de recherche au Bureau de Recherches Géologiques et Minières,
    expert en sécurité des usages du sous-sol : Risques associés au stockage géologique du carbone
  • Stéphane Amant, docteur ingénieur, dans l’aéronautique puis consultant au sein du cabinet Carbone 4 : Effets de la CCS sur les politiques publiques et les stratégies d’entreprise

Quand ? 13 mars 2023 de 17h à 20h
Ou ?  Salle San Subra, 2 rue San Subra à Toulouse

 

***************

Écoféminismes, la perspective de la subsistance

Le terme d’écoféminisme se rediffuse en France jusque dans des émissions de grande écoute… au prix de nombreux malentendus et au détriment des idées de ses autrices. Fondé sur une analyse radicale de l’exploitation systémique des femmes, des peuples colonisés et de la nature, l’écoféminisme consiste à faire de la politique autrement, en repartant de la vie quotidienne: lutter contre les oppressions par l’élaboration d’autres modes de vie, plus justes et écologiques, ainsi que par des mobilisations collectives et le recours à l’action directe. Resituant les inégalités – sociales, politiques, économiques – au cœur des réflexions écologiques, les analyses écoféministes sont parmi les plus complexes et englobantes – plus en réalité que celles de l’écologie, même politique, qui néglige trop certaines dimensions de la crise environnementale et tend de ce fait à préconiser des solutions (autoritaires, technologiques, industrielles) qui risquent d’aggraver les impasses actuelles.

Cette séance du séminaire de l’Atécopol portera sur une tendance singulière et importante de l’écoféminisme, dont l’actualité est d’autant plus brûlante que s’accentue l’urgence climatique : la perspective de la subsistance. Travail de (re-)production de la vie, domaine des tâches quotidiennes, invisibles, réalisés majoritairement par des femmes, la subsistance a pourtant été ignorée voire méprisée dans le féminisme comme dans l’écologie, et n’a que momentanément été remise au centre de l’attention par la crise sanitaire. La catastrophe écologique exige pourtant de repenser complètement nos manières de vivre et de travailler. Alors que notre dépendance au travail d’autrui et au système industriel s’accompagne d’une augmentation massive des inégalités et des atteintes au vivant, et alors que se multiplient les « solutions » basées sur un contrôle accru des humains et de la nature par la technologie ou par la gouvernance, la perspective de la subsistance pose un regard profondément critique sur cet état du monde, et démontre qu’il n’est en rien inéluctable.

Les deux intervenantes invitées pour cette séance, Veronika Bennholdt-Thomsen et Geneviève Pruvost, sont toutes deux sociologues. Les deux autrices partagent un point de départ très concret – la subsistance : cultiver, manger, se loger, prendre soin des personnes et de l’environnement, entretenir des relations sociales épanouissantes, etc. – ainsi qu’une proposition : repolitiser la production et l’entretien de la vie en articulant écologie, travail et rapports de pouvoir. Ce faisant, elles élaborent une réponse à la question que nous nous posons toutes et tous : comment vivre désormais ?

Avec la participation de :

  • Veronika Bennholdt-Thomsen, anthropologue sociale de formation, professeure d’université émérite, activiste, autrice de Money or Life: What makes us really rich et co-autrice avec Maria Mies de La Subsistance : une perspective écoféministe (récemment traduit en français et paru aux éditions La Lenteur) : La Politique de la Subsistance
  • Geneviève Pruvost, sociologue, directrice de recherche à l’EHESS, autrice de Quotidien politique : Féminisme, écologie, subsistance (2022, La Découverte) et de la préface à la réédition de Ecologie/féminisme. Révolution ou mutation ? de Françoise d’Eaubonne (à paraître aux éditions du passager clandestin) : Quotidien politique : Ecologie/féminisme

Quand ? jeudi 6 avril 2023 de 17h30 à 20h
Où ? salle du Sénéchal, 17 Rue Charles de Rémusat, Toulouse

 

***************

Nucléaire civil et militaire : risques, savoirs et ignorances

Dans les décennies suivant la seconde Guerre mondiale, la prolifération de la bombe et la perspective d’une guerre nucléaire ont tenu le monde en haleine, alors même que le nucléaire dit civil s’installait dans les paysages avec les centrales de production d’électricité. Depuis, les risques liés au nucléaire reviennent périodiquement au coeur des préoccupations et des débats – catastrophe de Tchernobyl en 1986 puis de Fukushima en 2011 – avant de s’estomper des actualités. La guerre en Ukraine a brutalement animé les craintes liées au nucléaire : l’éventualité de l’usage de la bombe, ainsi que le danger de centrales au coeur du conflit, avec l’occupation de Tchernobyl puis de la centrale nucléaire de Zaporijjia. Cette périodicité de la question des risques nucléaires interroge : elle semble en contradiction avec le fait que les risques eux-mêmes – risques de catastrophe militaire ou accidentelle ou risques liés à la contamination lorsqu’elle a lieu – ne disparaissent ni ne diminuent. Les risques seraient-ils seulement ignorés, au double sens de ne pas savoir et de ne pas vouloir savoir ? Mais que signifie « ignorer », dès lors que l’on parle de nucléaire ? Dans les débats, les savoirs et leur diffusion sont particulièrement valorisés, autant par les expert·es que par les citoyen·nes, partisan·es ou opposant·es ; pourtant, chacun des différents « mondes » du nucléaire recèle d’innombrables zones d’ombre, depuis les secrets militaires jusqu’aux incidents industriels ou la dimension invisible de la contamination radioactive. Dès lors, de quels savoirs, de quelle information est-il question ? Comment, en somme, articuler savoirs et ignorance au regard des risques liés au nucléaire ? Le parti pris de ce séminaire de l’Atécopol est de faire se rencontrer deux perspectives importantes sur ces questions : celle de Sophie Houdart, anthropologue spécialiste du Japon qui travaille sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima, et celle de Benoît Pelopidas, politiste spécialiste des risques et des choix liés aux armes nucléaires. Par ce croisement original de deux regards a priori éloignés – l’un situé, portant sur une catastrophe lente et largement invisible liée au nucléaire civil ; l’autre global, analysant les choix en matière de nucléaire militaire sur fond de possibilité d’annihilation –, ce séminaire abordera les thèmes du savoir et de l’ignorance comme des objets d’étude en eux-mêmes.

Avec la participation de :

  • Sophie Houdart, Directrice de Recherche au CNRS, Université de Nanterre (LESC) : Scenarii hypothétiques mais heureusement hautement improbables pour fin du monde sans éclats
  • Benoît Pelopidas, Professeur associé à Sciences Po (CERI), fondateur du programme d’étude des savoirs nucléaires Nuclear Knowledges : Comment penser les risques de conflit nucléaire ?

Quand ? mardi 11 avril 2023 de 10h à 12h30
Où ? salle du Sénéchal, 17 Rue Charles de Rémusat, Toulouse



Citer ce billet
Atelier Ecopol (2022, 23 septembre). Programme SÉMÉCOL 2022-2023. ATelier d'ÉCOlogie POLitique. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d1wy

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search