Energies fossiles : la « demande » ne justifie pas l’inaction climatique

« Nous ne faisons que répondre à la demande » se justifient Total Energies et les autres multinationales fossiles. L’atécopol débunke cet argument en cinq points dans une tribune parue dans Libération le 21 février 2023 (texte reproduit ci-dessous).

Comme le rappellent nos collègues membres du GIEC dans une récente tribune, tenter de respecter l’Accord de Paris sur le climat implique de laisser la majorité des énergies fossiles disponibles dans le sol. Rappelons ici l’enjeu : il s’agit de l’habitabilité de la planète. Échouer n’est donc pas une option. Pourtant, TotalEnergies, comme d’autres majors des énergies fossiles, persiste à justifier ses nouveaux projets d’extraction en affirmant qu’elle ne fait que répondre à la demande en énergies fossiles.  Afin d’essayer de clarifier le débat public, nous déconstruisons cet argument en cinq points.

1/ La distinction offre/demande est trompeuse : extraire, c’est consommer

La distinction offre/demande s’applique très mal en matière énergétique. Depuis la révolution industrielle et le déploiement massif des énergies fossiles, l’offre énergétique a très largement créé sa propre demande en permettant le développement de technologies et d’activités qui ne constituaient aucunement des besoins préalables. Aujourd’hui, l’absence de forte taxe carbone et de limitation de la production maintient les énergies fossiles à bas coût, garantissant leur écoulement sur les marchés et même l’expansion de leur usage dans les pays en voie de développement. De plus, comme sur tout marché, et a fortiori dans le cadre d’activités au taux de rentabilité élevé, les producteurs cherchent à stimuler la demande. Ainsi, l’industrie pétrolière déploie un arsenal de techniques (lobbying sur les normes et les chartes, publicité, manipulation des stocks, jeux de marché, cooptation du système politique, influence des scientifiques, etc.) qui rend hypocrite le fait de présenter la demande comme une donnée extérieure.

2/ La demande ce n’est pas les besoins

Assimiler demande et besoins est une confusion majeure, sciemment entretenue. Cela met à égalité le carburant d’un jet privé et celui d’une voiture utilisée pour aller consulter un médecin en zone rurale. Cela évacue un enjeu absolument central quand on recherche la sobriété énergétique : faire l’inventaire des activités essentielles/désirables et de celles dont on pourrait – et devrait – se passer pour limiter le désastre climatique. Aucune transition écologique sérieuse n’aura lieu si l’on ne met au cœur des débats politiques la question des modes de vie.

3/ La demande ne légitime pas tout !

Tout ce qui est à vendre n’est pas acceptable. En effet, lorsqu’une société considère un bien ou une activité comme dangereux, il est compréhensible qu’elle en interdise ou encadre le commerce, comme c’est le cas pour la drogue, les armes, ou de nombreux produits chimiques. Ainsi, l’argument de la demande sert à masquer la diversité – et la légitimité – des instruments politiques à notre portée pour réguler la production et la consommation d’énergies fossiles. Considérerait-on légitime l’argumentation d’un dealer clamant qu’il ne fait que répondre à la demande ?

4/ La demande est une addiction mortelle

Le rapport de nos sociétés aux énergies fossiles est à la fois de l’ordre de l’empoisonnement, via les catastrophes climatiques, et de l’addiction, car un sevrage trop rapide entraînerait un chaos social immense. C’est le spectre qu’agitent bien souvent les industriels lorsqu’ils invoquent les centaines de milliers d’emplois liés à leurs activités et les besoins quotidiens et vitaux de la population en approvisionnement fossile, et par suite les potentielles révoltes populaires de type gilets jaunes. Or, au vu de la gravité de l’empoisonnement, se contenter de ce type de constat est évidemment insuffisant et masque la question essentielle : comment sevrer notre société de son addiction aux fossiles de la manière la plus rapide et la moins douloureuse possible ? Le « réalisme » parfois évoqué pour affirmer que les changements de consommation énergétique ne peuvent être que très progressifs passe sous silence une multitude de scénarios de transitions possibles, dont ceux qu’évoque le chapitre du dernier rapport du GIEC consacré à l’indispensable réduction de la demande ou ceux issus d’expériences démocratiques innovantes, comme la Convention Citoyenne pour le Climat.

5/ La concurrence de marché ne justifie rien

Enfin il est souvent affirmé que l’arrêt des exploitations fossiles par telle ou telle compagnie serait inutile puisqu’une autre prendrait aussitôt sa place. Si le constat est juste (sur le marché concurrentiel tel qu’il existe, rediriger les activités d’une entreprise aurait peu d’effet sur la production globale), il ne doit pas justifier le business-as-usual mais inviter à une réflexion d’ampleur sur une sortie mondiale et coordonnée des fossiles. Par exemple, en s’inspirant de l’arrêt concerté de l’utilisation des CFC qui détérioraient la couche d’ozone (malgré la résistance de certains industriels concernés) ou des traités de non-prolifération des armes chimiques ou nucléaires. Sans nier l’immense difficulté à les mettre en œuvre et à les faire respecter, cette transition devrait être au cœur du débat public.

Conclusion

Sortir de notre dépendance aux énergies fossiles est une tâche colossale qui nécessite un engagement inédit dans des transformations politiques multiples et coordonnées. Celles-ci pourraient prendre diverses trajectoires, depuis une régulation stricte des marchés (via des taxes et quotas de productions) jusqu’à des protocoles de nationalisation et démantèlement progressifs de certaines filières, ou encore des traités interdisant de forer dans certaines zones (l’Arctique), avec certaines méthodes (le fracking) ou après certaines dates. Dans le même temps, le sevrage généralisé doit être travaillé, à tous les échelons décisionnels des pays, et avec tous les corps sociaux, afin de minimiser la dépendance au pétrole des besoins essentiels. Forger un programme et un front politiques allant dans cette direction est une priorité absolue si nous voulons avoir la moindre chance de limiter le désastre climatique.

Ce texte est issu des réflexions de l’Atécopol, collectif de 200 scientifiques toulousain.es réfléchissant ensemble à la catastrophe environnementale en cours et à venir. Il a été écrit par Guillaume Carbou, Julian Carrey, Julien Gros, Valentin Maron, Odin Marc, Sébastien Rozeaux et Laure Teulières.

 

Une version longue sera bientôt disponible.



Citer ce billet
Atelier Ecopol (2023, 24 février). Energies fossiles : la « demande » ne justifie pas l’inaction climatique. ATelier d'ÉCOlogie POLitique. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d1xf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search