|SEMECOL| Nucléaire civil et militaire

risques, savoirs et ignorances

Dans les décennies suivant la seconde Guerre mondiale, la prolifération de la bombe et la perspective d’une guerre nucléaire ont tenu le monde en haleine, alors même que le nucléaire dit civil[1] s’installait dans les paysages avec les centrales de production d’électricité. Depuis, les risques liés au nucléaire reviennent périodiquement au coeur des préoccupations et des débats – catastrophe de Tchernobyl en 1986 puis de Fukushima en 2011 – avant de s’estomper des actualités. La guerre en Ukraine a brutalement animé les craintes liées au nucléaire : l’éventualité de l’usage de la bombe, ainsi que le danger de centrales au coeur du conflit, avec l’occupation de Tchernobyl puis de la centrale nucléaire de Zaporijjia. Cette périodicité de la question des risques nucléaires interroge : elle semble en contradiction avec le fait que les risques eux-mêmes – risques de catastrophe militaire ou accidentelle ou risques liés à la contamination lorsqu’elle a lieu – ne disparaissent ni ne diminuent[2]. Les risques seraient-ils seulement ignorés, au double sens de ne pas savoir et de ne pas vouloir savoir ? Mais que signifie « ignorer », dès lors que l’on parle de nucléaire ? Dans les débats, les savoirs et leur diffusion sont particulièrement valorisés, autant par les expert·es que par les citoyen·nes, partisan·es ou opposant·es ; pourtant, chacun des différents « mondes » du nucléaire recèle d’innombrables zones d’ombre, depuis les secrets militaires jusqu’aux incidents industriels ou la dimension invisible de la contamination radioactive. Dès lors, de quels savoirs, de quelle information est-il question ? Comment, en somme, articuler savoirs et ignorance au regard des risques liés au nucléaire ? Le parti pris de ce séminaire de l’Atécopol est de faire se rencontrer deux perspectives importantes sur ces questions : celle de Sophie Houdart, anthropologue spécialiste du Japon qui travaille sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima, et celle de Benoît Pelopidas, politiste spécialiste des risques et des choix liés aux armes nucléaires. Par ce croisement original de deux regards a priori éloignés – l’un situé, portant sur une catastrophe lente et largement invisible liée au nucléaire civil ; l’autre global, analysant les choix en matière de nucléaire militaire sur fond de possibilité d’annihilation –, ce séminaire abordera les thèmes du savoir et de l’ignorance comme des objets d’étude en eux-mêmes.

Avec la participation de :

  • Sophie Houdart, Directrice de Recherche au CNRS, Université de Nanterre (LESC), anthroplogue spécialiste du Japon
  • Benoît Pelopidas, Professeur associé à Sciences Po (CERI), fondateur du programme d’étude des savoirs nucléaires Nuclear Knowledges

 

Quand ? mardi 11 avril 2023 de 10h à 12h30
Où ? salle du Sénéchal, 17 Rue Charles de Rémusat, Toulouse
Séance en accès libre et ouverte à tous

 


[1] “Dit” civil, car le premier objectif, officiel, des centrales nucléaires était la production d’uranium 235 et de plutonium 239 pour les bombes nucléaires. Aujourd’hui encore, un des enjeux de la relance du nucléaire civil au Japon, pays officiellement sans armée, est lié à la possibilité de pouvoir produire des bombes atomiques rapidement.         Retour au texte 

[2] Le risque d’affrontement nucléaire a certes diminué fortement avec la fin de la guerre froide, mais il n’est pas sûr que l’évolution géopolitique mondiale ou que le plus grand nombre de pays dotés de l’arme nucléaire depuis 1989 correspondent à une diminution des risques. En ce qui concerne les risques d’accidents civils, les retours d’expérience des catastrophes ont certes permis d’augmenter les procédures de sécurité, mais les< centrales sont confrontées au vieillissement et à la< perte de compétences.        Retour au texte



Citer ce billet
Atelier Ecopol (2023, 7 mars). |SEMECOL| Nucléaire civil et militaire. ATelier d'ÉCOlogie POLitique. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d1xh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search