Argumentaire d’ensemble

Lors de l’EuroScience Open Forum à Toulouse, le 10 Juillet 2018, une session était consacrée à « l’après COP21, les enjeux pour le changement climatique », modérée par Jean Jouzel, avec Laurent Fabius qui présida à l’accord de Paris 2015 et les spécialistes mondialement reconnus Thomas Stocker (physicien climatologue) et Camille Parmesan (biologiste écologue). Le constat des évolutions depuis fin 2015 est très sévère. Les dernières analyses du GIEC (Special report 1.5 d’octobre 2018) sont toujours plus pessimistes : les impacts du changement climatique, déjà observables aujourd’hui, s’accentuent rapidement ; les effets prévisibles d’un réchauffement moyen de 2 degrés Celsius sont au moins deux fois plus préoccupants que ceux pour 1,5 degrés (vulnérabilité des calottes glaciaires, augmentation rapide des phénomènes climatiques extrêmes, conséquences inquiétantes de l’acidification des océans). Pourtant, les émissions de gaz à effet de serre et les activités humaines destructrices de l’environnement ne prennent même pas le chemin d’une inflexion, rendant dès à présent caduques les objectifs déjà très insuffisants de la COP21. Les trajectoires crédibles « si on continue ainsi » sont plus proches de 3 à 4 degrés à l’horizon de quelques décennies, avec des conséquences à peine imaginables mais assurément désastreuses1. Au niveau scientifique, la session s’est conclue par un appel à l’interdisciplinarité, tant il est urgent de mieux comprendre comment ce sujet est interconnecté à l’ensemble des bouleversements écologiques (dégradation et contamination généralisées des milieux, érosion fulgurante de la biodiversité, etc.), comportant des menaces de grande ampleur sur la santé et l’alimentation, sans parler de la géopolitique et de l’accroissement des inégalités. Pour diminuer drastiquement l’impact destructeur des activités humaines, les intervenants ont déclaré leur accord sur la nécessité de revoir, en priorité, nos modèles socio-économiques. Et le changement de cap doit être pris nettement d’ici 2020, comme y appelle le secrétaire général des Nations unies, qui incite la société civile du monde entier à faire pression sur les dirigeants et à leur demander des comptes2.

Un tel consensus sur l’urgence et l’ampleur de la situation exige une perspective d’écologie politique. Nous considérons celle-ci simplement comme la prise en compte de l’éminente responsabilité sociétale découlant des analyses scientifiques quant aux menaces dues aux bouleversements écologiques en cours, tant « Savoir et ne pas agir, ce n’est pas savoir »3. En effet, l’observation et l’objectivation des conséquences complexes et de plus en plus désastreuses de l’activité humaine engage les scientifiques. Leur savoir doit non seulement participer à informer la société mais aussi à travailler avec elle sur les moyens de faire face à la situation, et par conséquent à changer ce qui nous y a amené. Ce travail tellement urgent ne peut réussir que si la communauté scientifique fait d’abord circuler ses savoirs et confronte ses problématiques au sein même de l’ensemble hétéroclite des disciplines concernées. Le dialogue entre sciences « dures » et sciences humaines est notamment essentiel pour prendre en compte tant les données et projections physiques, climatiques, écosystémiques, que la complexité de l’action humaine.

Un autre échange, tout aussi essentiel, est celui des scientifiques avec l’ensemble des citoyens, non pas sur un simple modèle vertical ou descendant (transmission de la connaissance), mais dans un véritable dialogue pour une reprise en main démocratique des trajectoires de nos sociétés, guidées depuis deux siècles par certains soi-disant progrès techniques dénués de réflexivité4 (pour un progrès réel, combien de gadgets addictifs, polluants et énergivores ? Pour un résultat « innovant », combien de dégâts collatéraux ni évalués ni anticipés, voire plus cyniquement passés sous silence ?). La part de responsabilité de la sphère techno-scientifique dans la situation actuelle est flagrante (bien qu’elle ait aussi porté parfois une parole contestatrice). Sans rejeter les nouveaux moyens technologiques, il faut en mesurer les justifications, les intérêts en présence et les effets de démobilisation potentiels, car les solutions sont aussi, et peut-être avant tout, politiques et citoyennes. Une position humble des chercheurs et le partage des savoirs sont les meilleures dispositions pour préserver et développer l’héritage rationnel qui nous est cher.

Le désastre annoncé peine à mobiliser. Se mélangent sans doute l’effet de sidération, le sentiment d’impuissance face à la complexité des phénomènes en jeu, l’impression d’être éloigné des problèmes à venir, ou encore l’idée que la vertu individuelle (ces petits gestes du quotidien, ces changements de consommation, certes indispensables mais insuffisants), est la seule forme d’action possible dans un contexte de dissolution des collectifs. Aux solutions (ou mirages) « technicistes » et aux multiples formes de dépossession, d’incrédulité ou de repli que peut produire la perspective de la catastrophe écologique à venir, ce groupe de travail veut opposer la multiplicité des expériences et des imaginaires passés et présents, qui sont autant de germes pour inventer un futur conciliant les intérêts des collectifs humains et non-humains. De façon plus opérationnelle, l’objectif est aussi de contribuer à identifier les sources de blocage, institutionnelles et autres, auxquelles il convient de s’affronter, et d’aider à concevoir les leviers d’action à la mesure de l’enjeu.

Certains discours « catastrophistes » comme « ultra-progressistes » ou « prométhéens » imposent également de décoder les dangers dont ils peuvent être porteurs. Les sociétés humaines ont de longue date modifié leurs environnements, parfois brutalement, mais ce n’est que relativement récemment que ces interrelations ont basculé du côté de la dégradation d’échelle globale (quoique les responsabilités ne soient pas réparties de manière homogène dans le monde ni entre tous les humains). L’analyse montre que des discours et des pratiques sur l’environnement peuvent véhiculer des responsabilités simplistes, proclamer que la solution passerait par des mesures d’exclusion ou par un pilotage par le haut ; l’invocation du « bien commun » peut également servir des intérêts particuliers (comme par exemple souvent dans les mondes coloniaux et post-coloniaux). La co-construction d’un récit scientifique du changement climatique et des autres déséquilibres globaux5, de leurs causes et de l’actualité de leurs évolutions, doit permettre de faire sens de ces bouleversements historiques sans précédent et qui engagent la survie et la dignité humaine. Les chercheuses et les chercheurs doivent apporter leur contribution à cette compréhension partagée des enjeux. S’impliquer dans l’arène des débats sur le sujet relève même d’une nouvelle nécessité. Car participer aux réflexions sur le futur commun et inciter tout le monde à s’en saisir, c’est aussi s’engager à prévenir la mise en place d’options ou de modes de gouvernance non démocratiques qui risqueront de poindre à mesure que la crise écologique s’approfondira.

L’Atelier d’écologie politique toulousain consiste donc à faire émerger et à structurer une communauté scientifique se reconnaissant dans l’écologie politique, c’est-à-dire dans le dialogue entre connaissances scientifiques et débats sociaux et politiques sur l’avenir à construire, à l’échelle d’une métropole et d’une région où la richesse de la recherche couvre l’ensemble des domaines concernés par ces bouleversements (sciences du climat, écologie, agronomie, médecine, physique, chimie, ingénierie, etc.) et par les sociétés qui doivent y faire face et tenter d’y répondre (sciences humaines et sociales). Cette communauté n’existe pas encore mais elle se cherche, à travers par exemple l’émergence du « Réseau d’expertise sur les changements climatiques en Occitanie », dont les objectifs sont proches dans la volonté de « structurer les acteurs régionaux de la recherche » sur le réchauffement climatique, à « l’interface entre recherche et action locale » impliquant aussi les acteurs non-académiques, mais ciblés sur les diagnostics et les adaptations territoriales. Un autre réseau toulousain pluri-disciplinaire se crée actuellement sur les risques et leur construction sociale. Notre atelier va pouvoir se mettre en synergie avec ces initiatives.

Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines qui se retrouvent dans cette démarche à participer à cet atelier et à s’en emparer sur la base de ce manifeste.

  1. Catherine Jeandel : <https://www.terrestres.org/2018/10/15/vers-une-terre-en-surchauffe/> []
  2. « Climat : “Nous devons rompre avec la paralysie”, dit Antonio Guterres », Le Monde, 10/09/2018. []
  3. Formule attribuée à Lao Tseu, citée par Bruno Latour, Face à Gaïa, Paris, La Découverte, 2015, p. 185. []
  4. François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014. []
  5. Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Le Seuil, 2013. []