Informatisation de nos vies

L´informatisation de la société est l´enjeu politique et écologique du moment avec un discours hégémonique qui présente le numérique, monde de l´immatériel, comme la solution aux problèmes environnementaux grâce au découplage. Cependant, une prise de conscience actuelle pose un tout autre discours, où l´informatique ne serait pas la solution mais, au contraire, le problème. C´est pour apporter un début de réponse à ce questionnement, que le SEMECOL du 17 janvier 2010 avait invité Françoise Berthoud, ingénieure de recherche au LPMMC et directrice du Groupement De Service EcoInfo, ainsi que Matthieu Amiech, membre du groupe Marcuse et du collectif Écran Total.

Grève oblige, Françoise Berthoud n´a pu rejoindre Toulouse. À la place, l´enregistrement de sa conférence du 11 décembre dernier a donc été projeté. Pour commencer, elle nous a entretenu sur l´impact des métaux utilisés pour les technologies de l´information et de la communication (TIC). La quantité de métaux par unité est faible, mais les TIC nécessitent ne nombreux métaux différents (60 pour un smartphone), ce qui rend leur recyclage difficile avec seulement 20% des déchets électroniques recyclés proprement. De toute façon, vu la croissance exponentielle de la demande, même un recyclage à 100% ne pourra jamais s´avérer suffisant. L´impact environnemental de l´exploitation des gisements est aussi importante, nécessitant toujours plus d´eau et d´énergie et générant aussi de nombreux déchets. Sans oublier l´impact sociétal, la production des TIC est à l´origine de nombreux conflits armés et de problèmes d´usage (accès à l´eau, dégradation des sols). De par l´effet rebond, quelque soit le secteur, le numérique n´a jamais fait la preuve de son efficacité à diminuer la quantité de gaz à effet de serre. En effet, le déploiement des TIC dans l´ensemble de la société ajoute de la complexité et on observe une accélération systémique qui touche même les rythmes des individus et crée une dépendance au numérique.

Vidéo de la conférence de Françoise Berthoud

Pour sa part, Matthieu Amiech a présenté les principaux travers du numériques. Pour commencer, les besoins en électricité du secteur devraient exploser dans les années à venir : 7% de la production électrique en 2013, 25% en 2025 et 51 % en 2030, soit l´équivalent de l´électricité produite en 2008.  Cette augmentation sera principalement due à la vidéo en ligne et aux objets connectés. Historiquement, dans les années 2000 le numérique est perçu comme une source de développement économique : la population s´adapte à l´utilisation des TIC. Dans les années 2010, la montée en puissance des réseaux sociaux, la publicité et obsolescence programmée assurent une amplification du phénomène avec des objets constamment renouvelés qui donnent un sentiment de puissance sur le temps et l´espace. L´informatique est entré dans le secteur du travail dès les années soixante avec l´automatisation. Aujourd’hui, les TIC ont envahis notre monde : outils en usage quotidien au travail et dans les loisirs. Mais dans de nombreux métiers une résistance se développe face au numérique : éleveur, assistante sociale, libraire, enseignant, etc. Cette remise en cause individuelle et culturelle est nécessaire face à une société intenable qui asservit l´homme à l´outil, dans une marche forcée régie par les politiques gouvernementales. Marketing et  répression tirent aussi largement partie du développement de l´intelligence artificielle. Ainsi, l´internet des objets correspond à une fuite en avant de la production qui ne peut se développer qu’à travers le traçage numérique. La dimension écologique serait de repasser à une dimension plus locale ne nécessitant pas ce traçage.