L’écologie politique

Entre champ scientifique et philosophie sociale

L´Atelier d´Écologie Politique a inauguré la session 2019-2020 des Séminaires d´Écologie Politique le 15 novembre 2019 en invitant Floriane Clément (chargée de recherches en géographie et sciences politiques, INRA) et Guillaume Carbou (maître de conférences en sciences de la communication, IUT de Bordeaux), tous deux membres de l’Atecopol, pour nous entretenir sur ce qu’est l´écologie politique.

Dans un premier temps, Floriane Clément a introduit l´écologie politique en tant que domaine scientifique qui s´attache à comprendre les relations entre humains et environnement. Pour cela il s´intéresse à des sujets tels que les conflits de gestion des ressources ou la gouvernance urbaine. C´est en fait une science hybride qui s´appuie à la fois sur ethnographie, les archives, la télédétection, des séries temporelles de mesures environnementales, une analyse historique … Ce champ scientifique anglo-saxon émerge dans les années 70 suite aux critiques sur l´approche apolitique des problèmes environnementaux et génère dans les années 80 les études fondatrices de Michael Watts et de Piers Blaikie qui montrent que les dégradations des sols ne sont pas dues seulement aux pratiques agricoles locales, mais aussi aux influences des gouvernants et du développement économique. Depuis 1995, un courant post-structuraliste critique les récits simplificateurs qui permettent d´identifier des coupables et des victimes en renforçant les relations de pouvoirs existantes, parfois à l´encontre des réalités culturelles et historiques. L´écologie politique propose donc des récits alternatifs pour reconstruire les problèmes environnementaux en intégrant plus les intérêts des populations locales. De nombreux reproches sont faits à l´écologie politique : elle n´intègre pas suffisamment d´écologie, elle est trop critique et donc pas assez constructive, elle n´est pas assez rigoureuse et trop académique. Pour répondre à ces critiques, on constate actuellement des courants plus engagés qui font coïncider justice sociale et environnement.

Guillaume Carbou a ensuite présenté l´écologie politique sous son aspect plus philosophique en la définissant comme une idéologie qui remonte au début de l´industrialisation. On dénote deux périodes phare pour la critique des problèmes environnementaux : les années 30 et les années 70 avec des penseurs comme Bernard Charbonneau et Jacques Ellul. Cette pensée qui allie questions environnementales et questions humanistes repose sur quatre plans : (1) l´écologie politique critique l´économie capitaliste basée sur la concurrence, la croissance et le rationalisme industriel au détriment des populations les plus pauvres et du système Terre. Or la sphère économique n´est pas détachable de la sphère biophysique. (2) L´écologie politique remet en cause la neutralité des techniques qui modifient le monde et se déploie contre l´idée d’une solution technicienne aux problèmes environnementaux, au contraire, elle propose  le développement d´outils à taille humaine pensés en fonction de finalités sociales et écologiques globales mais adaptés localement. (3) L´écologie politique s´évertue à penser des institutions qui ménagent la problématique globale de l´environnement et les aspirations locales des populations et des individus. (4) Sur le plan philosophique, l´écologie politique apparait comme une critique profonde de la pensée dominante remettant en cause la séparation entre humain et nature. C´est donc une pensée du “tout” qui reconnait une inter-relation entre chaque chose. À travers ces quatre approches, l´écologie politique s´attaque à la notion de progrès comme seul modèle possible, dénonçant les excès, les désirs de puissance et l´immédiateté afin de remettre au centre des politiques une réflexion pour une transition durable et démocratique vers une société sobre, conviviale et solidaire.

Le séminaire s´est terminé par une table ronde pendant laquelle Jérémie Cavé (docteur en aménagement urbain, chargé d’enseignement à Sciences Po Toulouse), Jean-Michel Hupé (chargé de recherche, CNRS) et Laure Teulières (maîtresse de conférences en histoire contemporaine, UT2) ont rejoint les deux intervenants du jour pour répondre aux questions du public en élargissant les pistes de réflexion sur les autres courants de l´écologie politique et sur l´intégration de l´écologie politique au sein des mouvements sociaux.

Pour aller plus loin, l´enregistrement intégral de la conférence, ainsi que les diaporamas des présentations et une bibliographie sont accessibles sur CanalU via ce lien.