Marchandisation de la nature

Le 6 décembre 2019 le Séminaire d’écologie politique a présenté trois aspects de l’économie verte qui posaient la question suivante : est-il possible de concilier croissance économique et préservation de la nature ? Ainsi, l’économiste Gaël Plumecocq (INRA Toulouse), le réalisateur Antoine Costa et la géographe Adriana Blache (Université de Toulouse) nous ont respectivement entretenus “Des errements de l’évaluation monétaire de l’environnement”, du “Marché carbone : consensus politique et inefficacité écologique” et sur “La nature en Afrique : des services pour le capital, une compensation pour la bonne conscience ?

Dans un premier temps, Gaël Plumecocq a fait un bref rappel historique des rapports entre économie, science et environnement au cours des siècles, notamment en décrivant l’évolution de la notion de valeur depuis le Moyen-age pour arriver au 20ème siècle à une valeur basée sur des produits de consommation avec maximisation du profit. Cependant, dès les années 70, la notion de durabilité apparait et génère l’idée que la croissance peut perdurer à travers le maintien d’un niveau de bien-être. Cela conduit à estimer le prix de la Nature selon trois axes : (1) son coût de remplacement par des produits manufacturés, (2) le prix attribué à l’esthétique de la Nature, (3) le consentement à payer pour sa préservation. Ce rapport d’équivalence entre environnement et valeur monétaire est le premier pas vers la marchandisation de la Nature. La notion de compensation est aussi apparue à cette époque et se concrétise par les banques de compensation dans les années 90. Si ce principe peut aider à la transition, a contrario, la déconnexion des relations de l’Homme à la Nature a deux effets pervers qui se situent tant au niveau des incitations financières quand celles-ci disparaissent, que des sanctions qui peuvent engendrer un sentiment de droit à polluer.

La compensation via les marchés carbone nous a été présentée par Antoine Costa. C’est un système international d’échanges de droits à émettre des gaz à effet de serre qui vise à inciter les entreprises les plus polluantes à limiter leurs émissions. Toutefois, ce système s’avère inefficace pour plusieurs raisons, ainsi les entreprises ne sont pas tenues de mettre en place de réelles mesures antipollution car non seulement les crédits carbone alloués au départ étaient déjà très élevés, mais il est également possible d’augmenter son quota via un mécanisme de compensation. Des entreprises comme Shell se sont d’ailleurs félicité de l’inscription des marchés carbone dans l’accord de Paris, ce qui leur permet de gagner du temps en continuant leurs affaires sans grand changement. En effet, contrairement aux marchés carbone, les taxes carbone permettent une réappropriation et une réorientation de la politique environnementale par les Etats. Or seuls les particuliers sont soumis aux taxes carbone, ce qui augmente les inégalités sociales entre entreprises et particuliers.

Pour terminer, Adriana Blache s’est focalisée sur le cas de la Tanzanie comme exemple de préservation de la nature face à l’augmentation des achats de terres agricoles dans un but d’agriculture intensive. Depuis son indépendance, ce pays a une économie largement basée sur le tourisme qui s’oppose à l’utilisation des terres soit pour la prolifération de plantations développées dans le cadre de crédits carbone, comme le teck ou l’eucalyptus, soit pour répondre aux besoins d’une population en forte augmentation. Dans les années 2010, la protection de zones humides selon la convention de Ramsar a expulsé des milliers d’agriculteurs de ces zones : 80% des villages ont disparus contre l’autorisation de développer l’économie touristique locale, générant résistance et exploitation illégale. Le gouvernement, en partenariat avec des entreprises privées et des investisseurs, a créé la Silicon valley alimentaire de l’Afrique qui, malgré l’existence de réserves de protection, génère une pollution due aux nombreux épandages de pesticides. De plus, des exploitations de gaz et de pétrole sont autorisées dans cette vallée moyennant la simple protection d’une antilope endémique. Dans ces conditions, la résistance des populations locales reste difficile face à un Etat très présent.

L’enregistrement du séminaire sur Canal U est accessible depuis ce lien.