Résumé

De nombreux chercheurs et chercheuses, travaillant dans tous les domaines des sciences, documentent les multiples aspects du réchauffement climatique et des bouleversements écologiques. Ils étudient leurs effets différenciés sur les milieux et les sociétés qui y sont confrontés ; ils analysent également les structures (politiques, sociales, économiques, techniques), les processus et les pratiques qui ont contribué à créer cette situation critique ; ils élaborent et évaluent, enfin, des façons de fonctionner différemment afin de s’en prémunir ou de s’y adapter. Nous souhaitons par le présent projet participer à la construction, à Toulouse et en région Occitanie, d’une communauté pluridisciplinaire de scientifiques travaillant sur tous les aspects liés aux bouleversements écologiques, pour tisser des liens entre ces connaissances dispersées et réfléchir à la façon de les partager avec l’ensemble de la société ; afin de travailler avec elle aux moyens de changer en profondeur les modes de fonctionnement socio-économiques actuels.

Face aux menaces à très court terme qui pèsent sur l’humanité, beaucoup de chercheurs ressentent l’obligation morale de partager et utiliser ces savoirs pour tenter de modifier le cours de cette trajectoire que tous les indicateurs annoncent mortifère, mais se sentent impuissants face à la complexité de phénomènes et d’enjeux qui dépassent très largement chacune des disciplines spécialisées. Si certains peuvent se sentir isolés, pris par leur quotidien professionnel, d’autres sont déresponsabilisés par l’injonction à tenir un discours scientifiquement neutre vis-à-vis des enjeux sociétaux, des valeurs en jeu, du politique en général, visant une neutralité axiologique – plutôt illusoire. En effet, le discours scientifique sur les bouleversements environnementaux, fondé sur des recherches rigoureuses, est, de fait, politique, mais son impact reste limité, et sa prétendue neutralité le dépossède de toute influence – lorsqu’il ne sert pas à « verdir » les logiques d’investissement, d’innovation, de « gouvernance » et d’aménagement qui ont conduit à l’impasse écologique actuelle. Nous affirmons donc avec Sciences citoyennes que la responsabilité des chercheurs et chercheuses est proportion de leur « savoir et que nul ne peut s’exonérer de sa responsabilité au nom de son impuissance s’il n’a fait l’effort de s’unir à d’autres ».

Nous envisageons ce programme de partage des savoirs et des méthodologies comme un outil pour dépasser cette relégation publique des connaissances scientifiquement fondées. Cet atelier entend restituer la complexité et la multiplicité des phénomènes mêlant « nature et culture », en prise avec l’actualité des interrelations entre humains et non-humains. Cela correspond à un programme encore quasi-inexistant au niveau institutionnel de la recherche en France, celui de l’écologie politique. Cette expression d’ « écologie politique » renvoie au champ académique qui s’est structuré dans le monde anglo-saxon et latino-américain et qualifie au plus près notre projet. Prenant acte de la responsabilité sociétale découlant des observations scientifiques, il s’agit de mettre en dialogue, par des ateliers ouverts, les connaissances scientifiques et les débats sociaux, économiques et politiques sur l’avenir qu’il reste à construire.