Séance 3 : Sauvés par les promesses technoscientifiques ?

Face aux problèmes auxquels nous sommes confrontés, la réponse est souvent une profusion de promesses technoscientifiques. Pour ce troisième séminaire SEMECOL, 150 personnes ont rejoint la salle San-Subra pour une nécessaire réflexion. Laure Teulières a introduit les enjeux de la séance.

En première partie, François Jarrige, maître de conférence en histoire à l’Université de Bourgogne, a fait la genèse du messianisme scientifique qui se divise en quatre phases successives. Le début du XIXème siècle correspond à une période de doutes face aux problèmes écologiques, politiques et sociaux qui caractérisent la mise en place de l’age industriel. La science apparait alors comme une solution à ces trois crises. À partir de la seconde moitié du siècle, la science devient un moteur de la société promettant un monde meilleur avec savants et ingénieurs pour pilotes. Cependant, dès cette époque, une critique des promesses scientifiques émerge. Mais les applications civiles faites à partir des découvertes engendrées par les deux guerres mondiales conduisent à un âge d’or, toutes critiques étant alors mises sous un éteignoir. Toutefois, à partir des années 1970, on assiste à un retour du débat en particulier face à l’alliance entre science et industrie. François Jarrige a conclu en précisant que ce débat reste d’actualité avec l’émergence de promesses high-tech comme solution aux crises socio-écologiques, dans une perspective de continuité du monde industriel libéral.

Vous pouvez lire ici un compte-rendu de sa présentation.

À nouveau lieu, nouvelle formule. Une table ronde réunissant plusieurs membres d’ATECOPOL a pris place en seconde partie. Chacun dans son domaine a présenté une promesse qui devrait s’avérer difficile, voire impossible, à tenir :

La vidéo des présentations devrait être bientôt accessible depuis cette page et sur YouTube.