Séance 4 : Agriculture et santé

Pour sa quatrième édition, le 10 mai 2019, le séminaire d’écologie politique SEMECOL retrouvait la salle Clémence Isaure de l’hôtel d’Assézat où le public s’est encore une fois pressé pour écouter deux conférences portant sur les enjeux alimentaires, climatiques et de santé liés à l’agriculture.

Après un constat sur les conséquences du développement de l’agro-industrie depuis les années 50, Michel Duru, Directeur de recherche en agroécologie des systèmes alimentaires à l’INRA de Toulouse, nous a entretenu sur la nécessité de considérer bien-être animal, maladies chroniques et production alimentaire comme un seul système afin de parvenir à une agriculture  respectueuse de la santé tant humaine, qu’animale et environnementale. La séance s’est poursuivi par la présentation de Gilles Allaire, Directeur de recherche honoraire en science économique à l’INRA de Toulouse, qui s’est focalisé sur un rappel historique.

Pour Michel Duru, l’élevage, par l’accroissement de l’alimentation carnée et le développement d’une alimentation animale à base de tourteaux, joue un rôle primordial à la fois dans les impacts de l’agriculture sur le réchauffement climatique (augmentation des gaz à effet de serre), l’effondrement de la biodiversité (pesticides, antibiotiques) et l’augmentation des maladies chroniques. Cependant, l’élevage rend aussi plusieurs services utiles, comme l’apport d’acides gras essentiels, l’élimination de produits non utilisables pour l’alimentation humaine et l’impact bénéfique sur les cultures voisines des prés. Une transition à la marge basée sur des solutions technologiques, comme le stockage du carbone dans les sols, mais sans réel changement de régime, ne suffira pas à recouvrer la bonne santé des écosystèmes et des populations. Une véritable révolution alimentaire est donc nécessaire. Cette rupture concerne toute la filière de l’alimentation, de l’éleveur au chercheur, en passant par le consommateur. Non seulement une diminution de 25 à 50% de la part des protéines animales est nécessaire, mais elle doit s’accompagner d’une consommation plus importante de fruits et de légumes variés, dont des protéines d’origine végétales, ainsi que de produits peu transformés. En même temps, les pratiques agricoles doivent se tourner de plus en plus vers une agriculture biologique, extensive et locale. Des actions sont déjà menées dans se sens, mais des politiques publiques pourraient faciliter ce changement, même si les leviers législatifs passés n’ont pas eu les résultats escomptés.

Gilles Allaire nous a rappelé que ce régime alimentaire (riche en viande, sucre et sel ajouté), présent depuis les années 50 dans les pays industriels, tend à se mondialiser depuis une trentaine années, même si un remplacement de la viande rouge par la viande blanche se dessine. Mais une transition vers un régime alimentaire plus raisonnable est difficile car, d’une part, la consommation de viande est symbole d’opulence, d’autre part, l’agriculture moderne est partie prenante de la logique de croissance économique. C’est la notion de part maudite définie par Georges Bataille comme la part d’énergie toujours croissante que la société, en choisissant l’accumulation, doit dissiper. Au tournant du siècle, on observe un changement profond de cette part maudite qui se tourne massivement vers les technologies de l’information et de la communication, créant un capital improductif. Pour briser cette logique, il convient de raisonner dans un contexte global de décroissance.

 

Médias à disposition (d’autres documents bientôt) :